Bois-Terre-Paille: Itv Jean-Marie LE TIEC

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour à toi!
Il y a quatre choses dans ce post:
1. Je t’informe que je m’associe à un projet de consultation des acteurs d’alternatives dans le bâtiment. 
2. Un sondage sur la sensibilité de chacun vis à vis de la terre crue et des matériaux biosourcés dans la construction
3. Une première interview filmée qui regroupe les thèmes du sondage
4. Un appel pour se retrouver à la manifestation du 5 mai à Paris
Voilà, tu sais tout!… mais prends quand même la peine de lire le reste 🙂

1. BOIS -TERRE- PAILLE

Et oui: BTP!… Fallait l’inventer , et je crois que ça fait encore rire celui qui a trouvé ce nom 🙂
Donc “Faisons le Mur” (moi) s’associe au projet de consultation des acteurs d’alternatives dans le bâtiment.
Le but est  développer l’utilisation dans le bâtiment de matériaux tels que la terre crue, la paille, le bois, ...
Sous-entendu: apporter une alternative au béton de ciment généralisé!
Ce projet est soutenu par le mouvement de la France Insoumise dans son programme “l’Avenir en Commun” dont le cœur était et serait toujours l’urgente problématique écologique.
Perso, je ne suis pas politisé. Que ce soit la France Insoumise ou un autre mouvement qui soutienne cette action m’est relativement égal. Tant que les choses avancent… Pour moi l’écologie est l’affaire de tous, Gauche, Droite, Extrême gauche, Extrême droite, Extrême centre.
Je ne m’étalerais pas personnellement sur les descriptif du projet, je copie-colle simplement le travail d’éclaircissement de Michel Philippo en bas de page. Cela te sera utile pour aller plus en profondeur dans les motivations de notre groupe et éventuellement le rejoindre.
L’idée de fond est de sensibiliser les élus de tout bords aux alternatives qu’apportent l’utilisation du matériau terre, et de la paille.
Cela se fera par le recueil d’informations sur les attentes de professionnels du bâtiment et de la société civile.
La question de la formation et de l’information y est centrale, mais aussi celle du poids face aux cimentiers bien installés dans le paysage économique et politique.

2. UN PETIT SONDAGE

Un court sondage est donc lancé et je t’invite d’ores et déjà à y répondre via le lien du sondage.
Ces réponses feront l’objet dans un premier temps, d’une concertation et de l’écriture d’un fascicule destiné aux élus . Ensuite ou en parallèle, la possibilité d’écriture de lois (à travers des ateliers citoyens) à soumettre à la chambre parlementaire sera étudiée.
A terme, la création de centaines de milliers de logements en terre crue, la réduction par deux du bilan carbone associé au secteur du bâtiment, la relance de l’emploi et le sourire aux lèvres 🙂

3. INTERVIEW DE JEAN-MARIE LE TIEC

Voilà une des premières interviews de la série BTP, elle a été réalisée durant le colloque sur la construction en terre crue.
Jean-Marie Le Tiec est architecte (NAMA ARCHITECTURE), enseignant-chercheur à l’École Nationale d’Architecture de Grenoble et membre du laboratoire CRAterre.
Dans la vidéo ci-dessous il nous partage brièvement sa vision du possible essor de la terre crue et des autres matériaux biosourcés dans la construction française.
Clique ici ou sur l’image pour lancer la vidéo
Terre paille
Jean-Marie LE TIEC
NAMA Architecture
14 rue Lakanal 38000 Grenoble
jm.letiec@nama-archi.fr

4. MANIFESTATION DU 5 MAI

Le groupe “Bois-Terre-Paille” souhaite s’allier à la manifestation du 5 mai à Paris.
Je n’ai pas encore beaucoup d’infos sur le sujet mais une action symbolique avec bottes de paille et paillons se prépare en coulisses.
Je tenais juste à t’inviter à réserver ta journée pour une déambulation festive et engagée.
Voilà, j’ai tout dit!
Reste l’email du groupe Bois-Terre-Paille, au cas ou tu aurais envie de prendre contact pour nous rejoindre où nous questionner:
Au Plaisir! 🙂

PS: NOTE DE MICHEL PHILIPPO:

Chers amis du bois, de la terre crue, de la paille et de tous les matériaux qui ont servi durant des
millénaires à construire un abri et un cocon pour nos familles,…
Bref, les amis de tous ces matériaux qui n’appartiennent pas encore à l’oligarchie industrielle et que
l’on nomme, à ce jour, géosourcés ou biosourcés en vue, inconsciemment peut-être, de nous
déposséder sémantiquement de matériaux résistant au capitalisme et à son monde.
Vous vous inscrivez dans la lignée de ces paysans-artisans qui ont permis durant des millénaires la
préservation de l’écosystème et du climat de notre planète. Et en cela, je vous en remercie.
Vous êtes conscients que si le secteur du bâtiment, qui représente à lui seul entre 40 et 50% du bilan
carbone total, avait préservé ces patrimoines en terre crue et en matières végétalisées, qui
représentaient plus de 50% de l’habitat il y a encore quelques décennies, le réchauffement
climatique ne mettrait pas en péril notre humanité.
Pendant que sur ces 50 dernières années disparaissait la moitié de notre patrimoine en terre crue, en
pierre sèche, en bois et en matière végétalisée, l’application du modèle productiviste au secteur du
bâtiment menait notre planète à une catastophe de plus en plus imminente.
Aujourd’ hui, qu’un petit réveil de conscience écologique se fait jour, vous vous sentez humiliés par
les mêmes qui ont dirigé le secteur du bâtiment depuis des décennies, vers la catastrophe écologique
que l’on connait. D’un côté, nous devons calculer l’impact écologique de nos matériaux, caractériser
leur caractère isolant et de l’autre, nous sommes disqualifiés parce que nos matériaux ne rentrent pas
dans les normes créées par les mêmes oligarques qui mènent la planète à sa catastrophe. Je pense ici
au FDES, à la mesure du lambda de la paille de nos agriculeurs qu’on disqualifie en pratique pour
non-appartenance à un grand groupe financier ne fut-ce que par le coût de ces études…
Tout ceci vous a divisé, à l’intérieur de vous-mêmes entre d’un côté, partenariat et mise aux normes
avec le système ambiant par la création de DTU, ATEx, normalisation et industrialisation de nos
matériaux,… dans l’objectif d’améliorer l’état de notre planète, et d’un autre côté, conformité avec la
révolution culturelle et sociale dont vous étiez porteurs et qui ne répondait pas toujours à ce monde.
Dans ces divisions internes à nous-mêmes, nous avons parfois incarné l’un ou l’autre
positionnement. Je pense particulièrement au monde de la terre crue qui s’est déchiré entre autres
sur ces questions pendant que Bouyghes, Michelin et Airbus posaient des brevets mondiaux sur nos
matériaux et que Lafarge, Holcim et italcementi finançaient de la recherche scientifique dont
l’objectif premier pourrait être d’empêcher toute utilisation de nos matériaux, hors de notre monde
qui porte en lui non seulement une révolution écologique mais aussi sociale et culturelle.
On se doute qu’une fois posé tout cela, la massification de l’utilisation de nos matériaux nous fait
autant peur qu’elle nous enthousiasme.
Et si la sortie par le haut était de coupler cette bataille écologique par une révolution sociale et
culturelle? Le monde de l’auto-construction, avec les limites qu’on lui connait, la mène à sa manière
depuis 20 ans.
Le monde de l’artisanat peut y parvenir.
Pour parvenir à cette massification de l’utilisation de nos matériaux, la confrontation au monde
politique nous repousse encore plus que tout le reste. En effet, quand l’Association Lesa a interpellé
durant la campagne présidentielle, la plupart des candidat(e)s à la présidentielle, elle s’est retrouvée
assez pionnière (l’association Négawatt, la société Argilus,… l’avaient précédée et le RFCP l’a
suivie) dans ce genre de démarche, et elle a rencontré pas mal de réactions au minimum dubitatives
sur cette interpellation. Nous comprenons ces réactions et la méfiance que ces démarches peuvent
vous inspirer.
A titre d’information, je vous signale que dans le marais d’indifférence du monde politique sur le
sujet et mis à part des subventions ponctuelles et des projets spécifiques (financement de règles
professionnelles, guides de bonnes pratiques,…), seule la France Insoumise a démarré une réflexion
globale sur ces questions.
Si la République en Marche n’a pas théorisé grand chose sur ce sujet, nous notons tout de même
qu’Emmanuel Macron a visité le 22/08/2016, alors qu’ il était ministre de l’économie, l’entreprise
Argilus (fabricant français d’enduits et de produits à base d’argile) dans le cadre de son projet de
brevet mondial (HP2A) avec Michelin, Airbus et Total. http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-
loire/la-roche-sur-yon-85000/le-ministre-emmanuel-macron-en-visite-en-vendee-4425458
Le mouvement de la France Insoumise a quant à elle, durant la campagne présidentielle, grâce à
plus de 3000 contibutions citoyennes, introduit dans son programme ces thématiques. A titre
d’exemple, le livret thématique Logement qui se rattache au programme p.18 :
– « Utiliser le logement social “200 000 logements par an” comme pilote pour les filières innovantes
en matière d’écoconstruction, comme les matériaux non énergivores (paille, terre crue et bois) »
Dans le livret thématique Planification écologique p.24 :
« (Organiser la transition énergétique passe par) le développement de filières d’écomatériaux (…)
(exemples : bois, paille, terre crue).
Ce programme a été repris en partie et essentiellement sur un axe terre crue par son porte-parole à la
présidentielle, Jean-Luc Mélenchon dans son intervention du samedi 25/02/2017 au salon de
l’écologie à Paris https://www.youtube.com/watch?v=pyJ0lx8LxXU&t=11s et dans la revue de la
Dans ces extraits, il balise quelques pistes programmatiques supplémentaires comme l’ ouverture de
lycées professionnels et il replace ces propositions dans l’ensemble programmatique de l’Avenir en
commun: urgence et plannification écologique, révolution culturelle et citoyenne, problématique de
la délocalisation,…
Depuis, le mouvement de la France Insoumise a poursuivi sa réflexion sur ce sujet en consacrant
une journée complète de cette thématique lors des universités d’été du mouvement à la formation de
ces élus fin août à Marseille. Romain Anger, Michel Philippo, Benoit Rougelot et Xavier Barruhet
Les interpellations des élus de la France Insoumise se sont multipliés par des lettres à différents
directeurs territoriaux de pôle emploi, au président de Région et à l’Assemblée Nationale.
L’heure est venue maintenant d’une écoute la plus large possible de chacun d’entre vous, pour que
nous construisions ensemble la révolution écologique, sociale et culturelle dont le monde du
bâtiment a besoin. Nous sommes un groupe de citoyens, porteurs de la dynamique du programme
l’Avenir en Commun qui veut contribuer à aller plus loin dans cet axe programatique jusqu’ à la
massification d’une autre manière de construire et d’habiter.
En accord avec l’équipe programmatique de notre mouvement, voici notre plan d’actions pour les
prochains mois jusqu’ à l’écriture collective et la présentation de textes de lois permettant la
massification de l’utilisation de ces matériaux en construction.
1. Auditions filmées de citoyens, d’experts en sinistrabilité, de professionnels, d’artisans, de
producteurs, de scientifiques et d’experts de tout poils engagés dans le développement des filières
bois, terre, paille et de tout autre matériau dits biosourcé ou géosourcé rentrant dans les critères
d’une révolution écologique, sociale et culturelle du monde du bâtiment.
2. En parallèle de ces auditions, nous organiserons des débats contradictoires filmés et publics sur
des sujets complexes qui nous apparaitront au fur et à mesure de l’avancée de nos auditions.
En voici quelques-uns à titre d’exemple:
A/Comment empêcher la brevétisation des procédés de production, les délocalisations de produits,…
liée à toute massification?
Comment aider à l’amélioration de la réappropriation de la production? Que créer pour maintenir ce
secteur aux mains des agriculteurs, artisans producteurs de mortier sur site,… débat avec des
syndicats agricoles, petits producteurs de matériaux, tenants philosophiques de la production sur site
et experts,…
B/ Comment intégrer la formation de ces matériaux dans des lycées professionnels quand ils ont été
pensés par d’autres acteurs. Débat entre les acteurs de la fédération éco construire, les greta et afpa
et des acteurs de la commande publique
C/Comment intégrer dans cette révolution, les travailleurs du bâtiment non formés et réfléchir à
leurs besoins en termes de formation, de sécurité de l’emploi et de tous les dangers liés à une
massification non controlée comme celui des travailleurs détachés,… Débat avec la CGT,..
D/ Débat sur la problématique des normes et des réglementations techniques : ATEx, DTU, FDES,…
et à l’éventualité d’ inverser les clauses favorables à nos produits, de lever les freins de la commande
publique,… Débat avec des juristes, des élus,…
3. Une fois ces auditions et débats effectués , notre groupe réalisera une synthèse dans un objectif
programatique pour tout public. Toutes les personnes ayant participé au débat pourra relire cette
brochure, y ajouter ses dernières réflexions. Cette brochure sera aussi relue par les personnes qui
ont coordonné l’ensemble du programme l’Avenir en commun dans l’objectif d’une diffusion
publique.
4. La sortie de la brochure sera l’occasion d’un débat médiatique et sera aussi accompagnée
d’ateliers des lois à plusieus endroits du territoire. Les ateliers des lois sont des ateliers où des
citoyens écrivent des textes de propositions de lois accompagnés d’experts juridiques. Toutes les
personnes qui ont participé aux auditions et au-delà tout citoyen pourront participer à cette écriture
collective.
5. Nous espérons enfin, porter ces textes de lois lors d’une niche parlementaire de la France
Insoumise avec le soutien le plus large possible…
6. Dans tous les cas, ce processus permettra un débat médiatique sur le sujet, une réflexion
complexe, une mise en réseau supplémentaire d’acteurs, et nous l’esperons, un essor de nos
matériaux.
7. Parallélement à tout cela, un comité d’écriture et de relecture d’un livret à destination des élus en
charge de la commande publique de bâtiment développant ces filières se mettra en place. D’autres
démarches pour faire éclore le débat serait aussi les bienvenues: manifestations festives et
symboliques, construction d’un bâtiment de ce type dans le cadre de la lutte contre la pauvreté,…
Merci à vous tous d’apporter votre petit brin de paille ou d’argile à cette construction.
Michel Philippo, co-animateur du GA BTP en transition

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 22
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *