Chanvre : la plante zéro déchet en pleine croissance ! 

Il y a des milliers d’années, on cultivait déjà le chanvre ou cannabis en latin. Les transes chamaniques des peuples nomades venus d’Asie, ça te dit quelque chose ? À l’époque, cette plante passait pour magique. Depuis, elle a fait bien du chemin. Elle s’est débarrassée de ces principes actifs hallucinatoires qui ont fait sa réputation sulfureuse et a acquis une aura de respectabilité. Cependant, à bien des égards, elle est restée une plante magique. D’une simplicité de culture confondante, cette plante zéro déchet a aussi des débouchés dans tous les secteurs. Elle répond à tous les défis que nous lance l’évolution actuelle de la société : environnementaux, économiques, sanitaires. Tu doutes ? Lis plutôt !

chanvre-plante-zero-dechet

Culture facile : tu sèmes et tu regardes le chanvre pousser

Le chanvre, heureux partout

Un premier point, d’abord. Tu te demandes peut-être si, toi, tu peux cultiver du chanvre. Chaque culture a ses exigences, notamment en matière de sol : terre argileuse, terre sableuse, etc. Est-ce que le chanvre se plaira chez toi ? À moins que tu n’habites dans la toundra ou dans le désert du Sahel, la réponse est : oui. Le chanvre s’adapte à toutes les conditions géographiques, car elle possède un système racinaire profond et pivotant qui va chercher l’eau et les nutriments très loin.

Le self-made man de l’agriculture

On peut déduire de cela un autre avantage du chanvre : il n’a besoin de presque aucun intrant. Il va puiser tout seul dans le sol ce dont il a besoin. Tu n’as donc pas besoin de l’irriguer ni de le traiter. C’est une plante très rustique qui se débrouille toute seule pour pousser.

Les pesticides ? Remise-les au placard, ils sont inutiles avec le chanvre ! D’abord parce que les mauvaises herbes ont beaucoup de mal à pousser à l’ombre de ces géantes (deux mètres de hauteur en moyenne en seulement deux mois, quatre mètres maximum à terme). Ensuite parce qu’on ne connaît quasiment aucune maladie cryptogamique à cette plante. Il suffit de bien préparer le sol au préalable et le tour est joué. De plus, le chanvre abrite une belle biodiversité et notamment les prédateurs des ravageurs habituels de ces cultures. Haro donc sur les fongicides, insecticides, herbicides et autres joyeusetés phytosanitaires !

Même en processus de défibrage, les techniques sont entièrement mécaniques et ne comportent aucun traitement chimique.

cannabis-sativa-chanvre-culture
Un champ légal de cannabis sativa, le chanvre « inoffensif »

Rapidité et autonomie de culture

Deux chiffres à retenir : 100 à 130 jours. C’est le temps qu’il faut au chanvre pour passer de la graine à la plante pleinement mature. Tu sèmes en avril, tu récoltes en septembre. Le chanvre est une plante annuelle à croissance très rapide qui ne te fait pas perdre de temps. En plus, tu es autonome dans sa culture : c’est une culture sans OGM et dont les graines sont reproductibles. L’agriculture chanvrière est l’une des rares filières dans laquelle le producteur est propriétaire de sa variété.

Une plante qui remplace la jachère

Si ça s’arrêtait là, ce serait déjà fabuleux. Le chanvre cependant a d’autres vertus : il prépare le terrain à la culture d’autres plantes. Son réseau racinaire profond améliore en effet la structure du sol : les cultures suivantes puisent l’eau et les éléments minéraux plus facilement. En outre, les feuilles en se décomposant l’enrichissent en nutriments. Précisons aussi que les parasites des autres cultures ne survivent pas dans un champ de cannabis.

En gros, si tu appliques la règle de la rotation de cultures en commençant le cycle par celle du chanvre, tu optimises le rendement des cultures suivantes. Et comme il y a moins de pression sanitaire, tu dois moins faire appel aux traitements. C’est pas beau (bio) ?

Tu veux un exemple ? En Ukraine, depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le chanvre est utilisé pour éliminer les matières radioactives. La plante peut en effet extraire les toxines et les métaux lourds du sol, les stocker et les convertir en substances inoffensives.

Un puits à carbone

Parlons un peu du bilan carbone du chanvre. Cette plante en a besoin pour se développer, elle le capte puis elle le stocke. Comparons cette capacité du chanvre à celle du maïs pour en mesurer l’efficacité : en 2006, une analyse de l’ADEME a montré qu’un hectare de chanvre capte 15 tonnes de CO2, soit l’équivalent d’une forêt, tandis qu’un hectare de maïs n’en prélève que 2,2 tonnes.

Et écoute bien ça : cette capacité de drainage du CO2 se poursuit aussi après récolte et transformation ! Dans le bâtiment, un module d’1 m² de béton de chanvre de 35 centimètres d’épaisseur avec son ossature en bois stocke environ 48 kilos de CO2 par an. À comparer avec les émissions d’un mur construit selon un processus traditionnel (avec du parpaing et de l’isolant), qui rejette autour de 100 kilos de CO2 au m² durant son cycle de vie.

Une plante zéro déchets

Dernière bonne nouvelle pour toi : ta récolte de chanvre va s’écouler entièrement. Il ne te restera rien sur les bras. Pourquoi ? Parce que le chanvre est une plante zéro déchets. Tout est utilisé, la tige, l’intérieur de la tige (la chènevotte) et la graine (la chènevis).

  • La tige donne une fibre qui est utilisée pour le textile, la fabrication du papier, de laines isolantes et de divers matériaux composites. L’une de ses premières utilisations a été la confection de cordages.
  • La chènevotte sert de paillage pour les box des chevaux et de litière pour les petits animaux domestiques, car elle est très absorbante (elle absorbe douze fois plus d’humidité que la paille). On peut aussi la mélanger à de la chaux pour obtenir du béton de chanvre, un matériau très utile en construction. On en fait enfin des panneaux de particules.
  • La graine est comestible. Brute, elle sert d’aliments pour les petits animaux et d’appâts pour la pêche. Pressé, elle devient une huile très riche en protéines et acides gras essentiels. On la retrouve aussi dans les cosmétiques, les savons, les peintures, les adjuvants de carburants. Le tourteau obtenu après pressage est un complément alimentaire excellent pour les animaux d’élevage.

OK, le chanvre, c’est super facile à cultiver. Il ne laisse aucun déchet et il fait du bien à la planète. Mais est-ce que ça vaut le coup de s’y mettre ? Y a-t-il des débouchés ? Est-ce que tu peux vivre de sa culture ?

Faisons un tour d’horizon des secteurs que le chanvre est en passe de révolutionner !

Pierre-Yves Normands est un des grands acteurs chanvriers de France.
Il propose un cursus de formation à la culture rentable du Chanvre.

Culture d’avenir : des débouchés multiples !

Le chanvre dans le bâtiment

Le chanvre dans l’habitat, c’est l’histoire d’un matériau miraculeux : le béton de chanvre, fabriqué à partir de chènevotte. On n’en connaît pas d’autres qui cumulent autant de points positifs, surtout au point de vue environnemental. Le chanvre peut aussi se décliner en panneau de laine de chanvre en rouleau pour l’isolation de toitures, de sols et de murs. La chènevotte sert quant à elle à la réalisation d’enduits qui améliore sensiblement le confort thermique.

Le béton de chanvre et ses corollaires (laine de chanvre, enduits à base de chènevotte) sont des matériaux incontournables quand on veut faire du bâti HQE (Haute Qualité Environnementale). Et quand on sait que le secteur du bâtiment représentait 44 % de la consommation énergétique française et 25 % des émissions de gaz à effet de serre en 2015, on comprend que les qualités du chanvre en terme d’isolation sont loin d’être anecdotiques.

Regarde un peu quels sont ces bienfaits !

  • Le chanvre est sain. Il ne dégage aucun composé organique volatile tels que ceux définis par les normes ISO-16000. De plus, comme le chanvre est cultivé sans pesticides, tu es sûr de n’avoir aucun résidu dans ta maison.
    Les ouvriers du bâtiment apprécient particulièrement les panneaux en laine de chanvre, car ils sont plus faciles à poser que la laine de verre. Peu volatil, le chanvre gratte beaucoup moins !
  • Le chanvre régule l’humidité de l’air. La chènevotte absorbe jusqu’à trois fois son poids en eau. Le béton de chanvre régule donc l’humidité issue de la production de vapeurs d’eau dans les maisons. Comme, en plus, c’est un matériau vivant, il laisse respirer les murs. Dans les rénovations de bâtiments anciens en pierre, c’est une vraie panacée. Il lutte très efficacement contre les remontées d’humidité venues du sol. Moins de condensation, à bas les moisissures !
  • Le chanvre a des propriétés thermiques incroyables. Le béton de chanvre jouit d’une bonne inertie thermique et d’un très bon déphasage thermique. C’est-à-dire qu’il maintient la température à l’intérieur des murs pendant très longtemps. En gros, la température peut se conserver pendant huit à dix heures, même si elle chute ou augmente à l’extérieur. Avec les étés caniculaires qu’on subit de plus en plus, réchauffement climatique oblige, ce n’est pas du luxe. À vrai dire, le béton de chanvre a même une longueur d’avance, puisque sa résistance thermique est déjà conforme à ce que préconise la réglementation thermique 2020. La conséquence ? Tu n’as plus besoin de pousser ton chauffage ou ton système de climatisation. Ça fait du bien à la planète et à ton portefeuille !
  • Le chanvre est un correcteur acoustique qui absorbe les sons. Là aussi, on dit merci à la chènevotte, qui se caractérise par une structure caverneuse et une porosité remarquables.
  • Le chanvre résiste bien au feu. Le béton de chanvre est classé dans la catégorie française M0 : en gros, il est jugé aussi incombustible que la pierre, la brique, le ciment, le verre, etc. Les normes européennes le reconnaissent comme peu ou très peu combustible. Le béton de chanvre ne dégage que fort peu de fumée et aucune goutte ou débris enflammé.
  • Le chanvre résiste aux rongeurs. Et oui ! La chènevotte, toujours elle, est très irritante si elle est avalée. Les rongeurs n’y résistent pas. On n’a jamais détecté d’infestation dans les constructions faites en béton de chanvre.
  • Le chanvre a une très bonne stabilité sismique grâce à sa souplesse et à sa légèreté.
  • Pour les mêmes raisons, le béton de chanvre est facile à mettre en œuvre et permet d’envisager des extensions et surélévations ultérieures là où du béton traditionnel fait obstacle.

Le chanvre dans le textile

Tu sais ce que tu portes sur le dos, toi ? Il y a des chances pour que ce soit du synthétique ou du coton. Le coton, parlons-en un peu. C’est probablement la culture la plus polluante du monde : un tee-shirt fabriqué dans cette matière peut être traité jusqu’à 17 fois. Ce n’est pas pour rien qu’on te conseille de laver tes vêtements après les avoir achetés. Danger !

Le chanvre, lui, est aussi doux qu’un agneau. On te l’a dit, quand tu cultives cette plante, tu fais de la culture zéro pesticides. Il n’y a donc aucun résidu chimique dans le tissu.

De plus, le chanvre produit une fibre extrêmement solide. Les treillis militaires, les cordages, tout ça était autrefois ou est encore fabriqué en chanvre. Pendant 12 000 ans, on s’est vêtu de chanvre. Jusqu’à ce que, dans les années 1930, cette fibre ancestrale devienne la victime d’une campagne de dénigrement orchestrée par le lobby du nylon (notamment la société industrielle Dupont de Nemours). Aux États-Unis, les cultures furent tellement taxées par la Marijuana Tax Act de 1937 qu’elles furent peu à peu abandonnées. On n’y revint que durant les années 1943-1945, parce que, le nylon, ça ne fait décidément pas des vêtements qui durent pour un G.I. ou un Marines.

Tu veux un vêtement inusable ? Tu l’as trouvé. Et, cerise sur le gâteau, c’est une fibre thermorégulatrice… Tu peux la porter été comme hiver. Enjoy !

Ajoutons qu’il y a de plus en plus de culture chanvrière en France (on y reviendra plus tard) et que, dans les années à venir, le vêtement en chanvre sera probablement le vêtement made in France par excellence. Vive les circuits courts !

chanvre-medecine-agent-CBD
Le chanvre soulage les patients en impasse thérapeutique grâce à l’agent CBD.

Le chanvre en médecine

Le cannabis est utilisé en médecine depuis plus de 5 000 ans. Sa résine permettait autrefois de soulager les spasmes, les douleurs et les troubles du sommeil. Au XVIIIème siècle, la plante a connu un regain de popularité dans le traitement des constipations, des inflammations et de la dépression, puis elle a été mise de côté au profit des opiacés à cause de ses effets psychotropes.

Depuis quelques années, les vertus du chanvre ont été redécouvertes. Un agent présent dans sa fleur, le CBD, atténue très fortement les douleurs. Le cannabis thérapeutique a donc été autorisé en France par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) en juillet 2019. Il soulage des patients en impasse thérapeutique (épilepsies, douleurs neuropathiques, effets secondaires de chimiothérapies, soins palliatifs, scléroses en plaques, etc.).

Le chanvre, c’est aussi une huile végétale qui est utilisée depuis longtemps par les sportifs. Elle combat efficacement courbatures, rhumatismes et arthroses.

Le chanvre dans les cosmétiques

Une petite merveille que cette huile végétale de chanvre, qui convient à peu près à tous les types de peaux. C’est une huile sèche et régulatrice de sébum, que tu peux associer aux huiles essentielles selon tes besoins (anti-âge, anti-acné, etc.). Elle contient beaucoup de vitamine E anti-radicalaire, c’est-à-dire qu’elle te protège contre les UV et donc contre le vieillissement de la peau. En plus, elle est hypoallergénique : si tu souffres de réactions et de rougeurs, c’est celle qu’il te faut.

Le chanvre dans l’alimentation

L’huile végétale de chanvre, tu peux l’utiliser en cosmétique, mais tu peux aussi plus basiquement en assaisonner tes plats ! Cette huile issue de la graine de chanvre est constituée à 80 % d’acides gras polyinsaturés essentiels. Ce sont les fameux Oméga 3 et Oméga 6 dont la publicité te parle sans arrêt. Sauf que, dans l’huile de chanvre, le ratio est parfait pour ta santé (alors que notre alimentation est en général plutôt déséquilibrée sur ce point-là).

Au menu aussi : des protéines très riches en acides aminés essentiels, ceux que le corps ne peut pas synthétiser. Compte 30 % de protéines dans la graine de chanvre décortiquée, alors qu’il n’y en a que 18 % dans les viandes et 12 % dans l’œuf.

graines-chanvre
Les graines de chanvre sont plus riches en protéines que les viandes et les œufs.

Le chanvre dans l’automobile

Tu ne t’y attendais pas, pas vrai ? On commence à remplacer la fibre de carbone par de la fibre de chanvre dans les processus d’injection plastique. Les pièces produites sont plus légères (20 % de poids en moins) et moins chères. En outre, elles sont plus facilement recyclables. La voiture consomme donc moins. Dans ce domaine, on ne fait que rattraper le temps perdu : en 1941, Henry Ford avait déjà construit une voiture dont la carrosserie était en chanvre !

On utilise aussi le chanvre pour fabriquer des skis, du papier, de l’activateur biologique pour compost…

Bref, le chanvre est une plante écologique, zéro déchets, vendue en circuits courts, qui permet la production d’une multitude de biens au fort potentiel en terme de santé publique, d’environnement et d’économie. Peut-elle devenir ton activité de demain ? (Ton business comme dise les start-up nations ?). La société est de plus en plus sensibilisée aux enjeux actuels. Crois-tu qu’elle passera à côté de ces fabuleuses opportunités ? Les gens veulent du sain, de l’écologique et du naturel. Alors, qu’est-ce qu’on attend pour cultiver du chanvre ?

(Si tu veux te lancer dans la culture du chanvre, cette vidéo t’apportera les informations indispensables)

Culture aidée : les filières chanvre en France

C’est une vraie interrogation : alors que cette plante accumule les avantages, pourquoi hésite-t-on à se lancer à fond dans son exploitation ?

La réputation sulfureuse du chanvre

La législation française est stricte quant à la culture du chanvre, beaucoup plus que la législation européenne. Ce décalage crée des confusions et des peurs chez ceux qui souhaitent se lancer. Pourquoi ?

Peut-être est-il temps de parler de la réputation sulfureuse du cannabis. C’est le nom latin du chanvre. Le cannabis est traditionnellement associé au chanvre indien. Tu sais, c’est celui que tu as peut-être fumé un jour, dans ta (lointaine) jeunesse. Le chanvre indien est une variété de chanvre qui contient un fort taux de THC (2 %, parfois bien davantage). Ce sont les agents psychotropes qui ont fait sa réputation. Ces THC ne sont présents que dans les fleurs matures de certaines variétés.

fleur-chanvre-cannabis-THC
L’agent psychotrope THC se trouve dans la fleur de certaines variétés de chanvre.

Le chanvre indien a commencé à faire peur pendant la campagne d’Égypte de Napoléon. Les effets de la plante sur ses soldats a défavorablement impressionné le grand homme : il leur a interdit de l’utiliser, même à titre médical. Peu à peu, on a interdit le chanvre indien dans de nombreux pays (dont la France).

Le chanvre cultivé pour l’industrie, lui, est tout différent. C’est une autre variété, le cannabis sativa (c’est-à-dire « qui sert à tout »). Cette variété a été conçue par l’INRA dans les années 1960. À l’époque, on pensait déjà à tous les avantages qu’on pouvait retirer d’une plante aussi exceptionnelle si on parvenait à lui retirer ces propriétés psychotropes. Le taux de THC est quasiment nul dans le cannabis sativa. Il est en tout cas inférieur au seuil légal de 0,3 % édicté par les règles européennes (règlement CEE N° 2059/84). Sa culture est donc parfaitement légale : tu peux te lancer sans risque !

La France, premier pays européen producteur de chanvre

Ça te surprendra peut-être, mais la France est à la pointe en terme de production de chanvre. C’est le premier producteur européen avec plus de la moitié des surfaces.

Paradoxalement, juste au moment où l’INRA réussissait à concevoir une plante parfaitement présentable, la culture du chanvre a commencé à décliner. En 1974, une première chanvrière est née dans l’Aube et a essayé de relancer la production. Elle a réuni une centaine d’agriculteurs en coopérative dans le but de créer une fibre papetière de qualité. Puis, avec la légalisation du cannabis sativa dans la plupart des pays d’Europe, la filière s’est étendue. Lorsque le béton de chanvre a été utilisé pour la première fois dans une rénovation d’habitat, en 1986, ça a été une consécration.

On compte aujourd’hui 11 000 à 17 000 hectares cultivés appartenant à des producteurs rassemblés en coopératives. Ils fournissent en moyenne plus de 100 000 tonnes de paille par an. Par exemple, en Vendée et Deux-Sèvres, 150 agriculteurs produisent chaque année 12 000 tonnes de paille de chanvre. La chanvrière de l’Aube s’est même dotée d’une ligne de préfabrication pour le secteur du bâtiment. Via les coopératives ou regroupements divers de producteurs, la filière possède en partie l’industrie de première transformation du produit chanvre, ce qui est un cas rare en agriculture.

Les agriculteurs-producteurs de chanvre signent des contrats d’engagement qui spécifient les critères de la récolte (couleur, propriétés, humidité). Un prix fixe sur cinq ans y est indiqué. Ça te permet d’avoir une perspective sur le long terme et une vraie garantie financière.

Bref, tout ça pour te dire que, quand tu décides de te lancer, tu n’es pas seul. Tu as la possibilité d’être accompagné et même de te former !

La culture du chanvre n’en est qu’au début de son histoire. On l’utilise depuis 1 500 ans ; elle continue de nous surprendre en nous dévoilant tout son potentiel. Plante du passé et plante d’avenir, le chanvre répond à toutes les interrogations actuelles, celle que posent le réchauffement climatique, les enjeux sanitaires, les défis économiques. Culture zéro déchets et zéro pesticides, c’est une ressource renouvelable à l’infini. Elle plaît au public tout en anticipant sur les lois vertes futures qui ne manqueront pas d’advenir. Comme elle a des débouchés dans de multiples domaines, tous les secteurs vont bientôt se l’arracher, surtout s’ils peuvent épingler sur leurs produits transformés : « chanvre made in France ».

Rien ne peut te faire obstacle si tu choisis de devenir chanvrier. Lance-toi !

Toutes les infos nécessaire t”attendent ici : https://faisons-le-mur.com/devenir_chanvrier

Que ta vie soit belle !

  • Merci pour tes publications, super intéressant le chanvre ! Après il faut les terres pour le cultiver.
    Et pour cet instant participer n’oublions pas la parole du Petit Prince” c’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante ”

    • Merci pour la gentillesse 🙂
      Je publierai bientôt une vidéo de Pierre-Yves Normands qui nous explique qu’avec un petit bout de terrain, même un balcon, on peut déjà cultiver de quoi produire de l’huile ou des graines à fins thérapeutiques ou cosmétiques…
      A bientôt !
      Gautier

  • Il est en effet vraiment temps de passer à une autre économie basée sur la prodigieuse capacité des éléments naturels de notre planète qui a mis des millions d’années à nous offrir des merveilles que l’humain découvre un peu tardivement hélas !

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    découvre 40 recettes de peintures et enduits écologiques :

    __CONFIG_colors_palette__{"active_palette":0,"config":{"colors":{"f8570":{"name":"Main Accent","parent":-1}},"gradients":[]},"palettes":[{"name":"Default Palette","value":{"colors":{"f8570":{"val":"var(--tcb-skin-color-0)"}},"gradients":[]},"original":{"colors":{"f8570":{"val":"rgb(19, 114, 211)","hsl":{"h":210,"s":0.83,"l":0.45}}},"gradients":[]}}]}__CONFIG_colors_palette__
    Clique ici pour passer à l'action

    Autres articles passionnants :

    >
    fringilla quis Lorem porta. Praesent risus elementum risus. diam vel,