Les Composés Organiques Volatiles (COV) dans l’air du temps

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour à toi !

Aujourd’hui, on va toucher à un sujet plus léger mais qui cause des dégâts sanitaires et écologiques dans nombre de pays. Quand je parle de légèreté, je ne me réfère bien sûr pas à une gravité mais à une masse (et quand je parle de gravité, je ne me réfère bien sûr pas à une force physique, mais à l’état de ce qui est grave)

On les appelle les Composés Organiques Volatiles (COV).

En rédigeant cet article j’ai entendu parler d’une personne qui était hostile à l’idée de l’existence de ces COV. Un certain Saint-Thomas.

J’ai donc décidé de le contacter pour connaître les raisons de sa perplexité. J’ai pris mon téléphone et voici un extrait de notre conversation tumultueuse :

SAINT THOMAS : Allô !..

MOI : Bonjour monsieur Saint Thomas. Je vous appelle car je souhaiterais écrire un article à propos d’un sujet sur lequel il semblerait que vous ayez un avis peu orthodoxe.

ST : Ahh… Mais qui êtes vous ?

MOI : Je m’appelle Gautier, j’écris sur un blog nommé « Faisons le mur ».

ST : Ah bon ?… Je ne vous crois pas !

[…]

(Effectivement, il ne croyait que ce qu’il voyait !… après 10 min de tergiversations, j’ai proposé à Saint Thomas de passer à une conversation par Skype, ce qui a grandement facilité l’avancement de nos échanges. Enfin, nous entrâmes dans le sujet)

[…]

ST : Alors, qu’est-ce que vous appelez COV, exactement ?

MOI : Les COV sont des substances, qui peuvent être d’origine naturelle ou humaine. Les plus connues sont le benzène (cancérigène, mutagène et reprotoxique. Rien que ça!) et le formaldéhyde, mais en vrai la liste est longue : radon, monoxyde de carbone, butane, éthanol, acétone, …

La plupart d’entre eux sont des produits industriels largement utilisés pour adjuvanter les peintures, les colles, les cosmétiques ou les produits d’entretien. Et c’est bien là le problème, tous ces produit atterrissent dans nos foyer et polluent continuellement notre air intérieur.

ST : Houlàà… excuse-moi mais cela fait longtemps que j’observe l’agitation des hommes et crois-moi qu’en terme de pollution intérieure, j’ai vu pire au cours de ma vie.

Tu dois savoir qu’à une époque pas si lointaine, on s’éclairait à la paraffine. Et je te parle pas seulement des bougies, il y a eu toute sorte de lampe à huile, à pétrole, à gaz. Alors tes problèmes de

peinture frelatée je peux te dire que ça me passe au dessus de l’auréole.

De plus la surface moyenne en m2 habitée par chaque personne en France atteint aujourd’hui 45 m2 dans une maison et 32,4 m2 en appartement ; tu vas pas me dire que la concentration de polluants y est pire que dans un 30m2, habité par deux famille, peint à la moisissure et chauffé au pet de vache ?!?

Faut vous y faire les cocos, la pollution c’est pas l’apanage des modernes.

MOI : Effectivement, on vit une époque formidable (sic). N’empêche qu’au delà de l’habitation, on est en train de bousiller l’équilibre de la planète parce que tous ces éléments chimiques en suspension dans l’air créent à basse altitude un ozone troposphérique qui a des effets nocifs pour la santé de l’homme, la faune et la flore .Ce sont parmi les principaux constituants du fameux smog.

D’ailleurs c’est pourquoi il est important de faire la différence entre le « mauvais » ozone : la troposphère ; et le « bon » ozone

ST : Le groupe de musique…

MOI : Non, la stratosphère ! Pour information, près de 550 000 tonnes (!!!) de solvants sont utilisés tous les ans en France et on peut considérer qu’environ les trois quarts disparaissent par évaporation.

Tout cela est responsable de nombreux troubles respiratoires, mais également de pathologies chroniques tels des cancers du poumon ou des maladies cardio-vasculaires. Ce risque est d’autant plus élevé chez les personnes déjà malades ou au sein des populations vulnérables ; ainsi l’asthme touche aujourd’hui 10 à 12 % des enfants en France. C’est énorme !

ST : Bon, là tu marques un point. Parce que en terme de pollution des sols et des eaux vous avez fait fort ces dernières décennies avec vos hydrocarbures.

MOI : Ahh, vous la voyez la pollution, alors ?!!

ST : Oui, bien sûr que je la vois, la pollution. Mais à tes COV, je n’y crois toujours pas.

MOI : Parceque vous ne les voyez pas ?

ST : Exactement !

MOI : Mais c’est normal que vous ne les voyiez pas, ils sont plus léger encore que l’air et ils se diffusent petit à petit, durant des années !

Les odeurs vous y croyez ???

ST : heu.. oui !

MOI : Pourtant vous ne les voyez pas ?

ST : Hmm…Sacrebleu de petit réformiste!.. Tu m’as bien eu !

MOI : Et bien admettons que les COV soient simplement des odeurs. Certaines fortes et d’autres imperceptibles ; mais la majorité superoxydantes et polluantes de l’air.

Et bien ce sont toutes ces odeurs qu’il faut absolument éviter.

Les désodorisants, les soit disant « assainisseurs » d’air qui sont eux même allergènes et les antiacariens qui sont en fait des pesticides puissants et irritants pour les voies respiratoires.

Depuis peu, on se rend compte aussi que l’on est exposés, dans notre véhicule, à des niveaux de dioxyde d’azote qui peuvent être plus de deux fois supérieurs à certains niveaux enregistrés en bordure de la chaussée.

Ajoutez à cela les plastiques de l’habitacle fraîchement lustrés et le petit sapin et c’est la COV party !

Je ne jette la pierre à personne en faisant ce constat car parmis les COV on peut aussi retrouver les pollen ou les acariens qui ne sont pas, à ce que je sache, les produits d’industries mortifères. Il est catastrophique qu’ils soient si omniprésents, c’est tout.

ST : Tout ce qui est parfumé est possiblement toxique alors ?

MOI : Très probablement.

ST : Et la Sainte Étique ???

MOI : … surtout la Sainte Étique !… Mais si vous avez un doute lisez cet article de « UFC que choisir »

J’y ai appris à repérer les produit dangereux sur une étiquette de cosmétique.

ST : Même la Sainte Étique…

MOI : Désolé si je vous ai un peu plombé le moral. Vous savez, on en est tous là. J’ai même envie de dire que si vous fumez, que vous buvez de l’alcool ou que vous roulez comme un pied ; ce ne sont théoriquement pas les COV qui vont vous tuer. Alors commencez déjà par là !

ST : Et si je ne fais rien de tout ça ?

MOI : Alors, les quelques conseils que je vous donnerais sont les suivants :

  • Évitez, si possible, les footings en ville (surtout quand il fait chaud).
  • Ouvrez quotidiennement vos fenêtres pour recycler l’air intérieur de toutes les pièces de vie.
  • Sortez pendre l’air le plus souvent possible.
  • Préférez les meubles en bois massif plutôt qu’en bois aggloméré plein de colles
  • Préférez les enduits d’intérieur à la chaux ou à l’argile et les peintures minérales faites maison plutôt qu’industrielles.
  • Bricolez dans des espaces ouverts.
  • Gardez en mémoire que ces substances sont incroyablement plus toxiques lorsqu’elles brûlent donc ne vous exposez à aucune fumée de la sorte. Sans parler des risque d’explosion.
  • Utilisez des plantes dépolluantes
  • Et pourquoi pas des meubles dépolluants 🙂

Enfin, bref. Je ne vous dirais pas ce qu’il faut faire car penser avoir raison c’est une chose et appliquer sa pensée en est une autre.

Entre les deux il y a les contradictions habituelles de la vie moderne. Argent, motivation, environnement, … Tout cela influe en permanence sur nos choix et nos décisions.

On est souvent même plus heureux dans l’ignorance car plus on en sait, plus on a la sensation qu’il nous en reste à savoir et l’on ne découvre, finalement, que la complexité de son sujet.

Ph: Didier Pallages

Et puis le savoir est dangereux puisque les magazines et livres neufs sont plein de formaldéhydes également.

ST : Tu sais quoi ? Tu me fais douter de mon scepticisme !

MOI : Néanmoins, ce que l’on ne fait pas pour soi, il faut savoir le faire pour les autres donc protégez un maximum les nouveaux nés, les jeunes enfants et les femmes enceintes de ces dangers invisibles . Éloignez les de tout ce qui sent fort si vous les aimez !

J’espère que cette conversation t’auras été utile et si tu veux nous laisser un message, à Saint Thomas ou a moi, utilise les cases de commentaire ci-dessous 😉

Au plaisir !

 


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 thought on “Les Composés Organiques Volatiles (COV) dans l’air du temps”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *