EARTHSHIP : Pourquoi interdite en France ?!!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour à toi !

Dans cet article je détaille la raison pour laquelle la earthship ne trouve pas sa place en France. La raison de fond est fracassante (!) et je vais développer de mon mieux pour que l’enjeu derrière cette question soit compris par le plus grand nombre.

Mais si tu viens de débarquer sur ma planète, commençons par le commencement 🙂

earthship

QU’EST-CE QU’UNE EARTHSHIP ?

Si tu sais ce qu’est une earthship, c’est que tu as peut-être lu mon précédent article sur le sujet.

Si tu ne le sais pas encore je t’invite à lire cette divine source de bonheur : EARTHSHIPS: Ce qu’il faut savoir!

Sinon, pour faire court, la earthship est une réflexion architecturale née au début des années 70 et inspirée du boom social qui ébranla ces années un peu dingos. Manifestations pacifistes, pic pétrolier, woodstock, méditation transcendantale, mondialisation, tous ces joyeux événements ont porté en leur sein des prises de conscience sur l’état général du monde capitaliste naissant et ont donné vie à une myriade de mouvements à tendances révolutionnaires, voire carrément ÉCOLOGIQUES !!! 🙂

De cet élan est né un concept constructif propulsé par Michael Reynolds et appelé : Earthship.

Bioclimatique, autonome, autosuffisant, accessible et beau. Tout cela en recyclant certains déchets comme les Earthship biotecturebouteilles vides et les pneus usagés.

Le mouvement eartship grandi depuis et se veut être une nouvelle forme architecturale : la « biotecture ».

La earthship, se construit aujourd’hui tout autour du monde grâce à la ténacité de son fondateur et aux designs originaux de ses formes.

Aussi, pour ce qui est de savoir si on dit « un » earthship ou « une » earthship : je m’en cuis la brique ! 😉

 

 

POURQUOI VOULOIR CONSTRUIRE UNE EARTHSHIP ?

Voilà une question qui mérite d’être posée !

La motivation qui pousse un particulier à vouloir construire sa earthship est primordiale car comme tous les principes constructifs, elle a ses avantages et ses inconvénients. Comme l’igloo, comme la maison en fuste, la earthship a une origine et une histoire qui la plantent dans un décor et lui assurent toute sa pertinence.

On peut souhaiter une earthship pour porter cette histoire et la faire vivre, on peut aussi être attiré par la douceur de ses courbes. On peut vouloir une earthship pour l’expérience sociale qu’elle induit ou pour nos visées d’auto-suffisance et de performance énergétique.

Selon la raison qui nous motive, la réponse à la question : « Pourquoi la earthship est interdite en France ? » ne sera pas la même.

De mon coté, après mon premier article sur la earthship, j’ai décidé de comprendre le pourquoi de cette rigidité « à la française » envers le montage de projets de earthship.

Pour ce faire j’ai contacté les CAUE (Conseils d’Architecture, d’Ubanisme et de l’Environnement) d’une quarantaine de départements pour qu’ils me confirment -ou m’infirment- cette hostilité des pouvoirs publics envers la -si performante- utopie de Michael Reynolds.

Les retours de mes investigations m’ont scotché et une discussion avec Manal de l’association Habite ta Terre a terminé d’enfoncer le clou !

 

Ces échanges avec les CAUE ont été extrêmement enrichissants pour moi. J’y ai appris plein de choses que je te partage dans la suite de cet article ! 🙂

 

​Le reste du contenu de cet article est adressé

 à la communauté « Faisons-le-Mur »

dont tu es libre de faire partie 🙂

​En prime, tu recevras en pdf

le guide de la construction en terre crue!

user-circle
envelope
sign-in


Je sais que beaucoup de gens ne sont pas enclins à ​fournir leur adresse email. Rien ne les y oblige. 

Sache simplement qu'à moi, cela me permet d'établir une relation avec des lecteurs dont je suis sûr ​qu'ils partagent mon centre d'intérêt​ (la construction écologique). 

En substance, cela m'encourage à ​donner ​bénévolement de mon temps et de mon énergie pour le sujet ***

Pas de spam - Pas de pub - ​​Désinscription ​ possible à tout moment 



Maintenant que tu as filé ton adresse email le montant de 15€ a bien été débité sur ton compte !

Non, non, je déconne ! Pardon… J’ai pas pu m’empêcher ! ;D

Par contre vérifie vite ta boite email car un petit cadeau s’y est glissé 😉

 

 

QUE SONT LES CAUE ?

Tout d’abord identifions la source de mes allégations. Je me suis tourné vers les Conseils d’Architecture, d’Ubanisme CAUE earthshipet de l’Environnement car se sont des cabinets offrant leurs conseils gratuitement. Ils sont amenés à rencontrer différents corps de métier du bâtiment, à répondre à toute sorte de questions et à accompagner le déroulement d’une multitude de projets locaux. Je précise bien « projets locaux » car selon moi, un bureau centralisé aurait été beaucoup moins à même de refléter une expérience de terrain. Tout comme un professionnel à son compte n’aurait peut être pas eu une vision large des tendances du milieu.

Pour conclure, il me semble que les CAUE, par leur composition, ont à cœur de valoriser la diversité des formes architecturales qui sont à la fois durables, bioclimatiques et efficaces.

 

 

EARTHSHIP ET CONSERVATISME

La première chose à savoir, avant d’aller plus au fond de cette question, c’est que les conditions pour que telle ou telle construction soit envisageable et son permis de construire autorisé sont les mêmes pour toutes les constructions, earthship ou pas.

Il n’y aurait, a priori, pas de préjugés disqualifiants possibles. Les mairies ne sont d’ailleurs pas inclines à refuser un projet par délit de « conservatisme », car elles risqueraient qu’un recours au tribunal administratif soit déposé contre elles.

Il n’est donc juridiquement parlant pas possible d’interdire un projet pour son caractère architectural.

Mais alors, quelles sont les critères administratifs excluants?

 

 

EARTHSHIP ET PLAN LOCAL D’URBANISME

Aaahhh.. Les fameux PLU !

Le PLU est est un document d’urbanisme qui établit des conditions globales d’urbanisme et d’aménagement. Il fixe, en conséquence, les règles générales d’utilisation du sol sur le territoire considéré.

Inchangés depuis Napoléon ai-je pu lire. Pas tout à fait !

En fouinant rapidement sur internet j’ai vu que les PLU avaient été réformés en 2016 et tendent à une réduction des zones à urbaniser au profit des zones agricoles ou naturelles.

La earthship étant par sa forme, peu adaptée aux secteurs d’urbanisation dense (centre ou faubourgs), sa réalisation se portera donc de préférence sur un terrain d’assiette situé dans un secteur d’urbanisation diffuse. Ce qui limite évidemment la possibilité d’obtention du PLU.

Chaque projet s’appuie cependant sur des règlements d’urbanisme propres à chaque commune et donc, chaque projet est un cas particulier dans un lieu particulier qu’il faut regarder et analyser avec précision. D’autant plus qu’il est parfois complété d’un cahier annexe de recommandations architecturales (Youpi!).

Pour contourner cette entrave, l’installation de sa earthship dans une région à faible densité de population est la première piste à considérer. Sans compter que le prix du foncier y sera avantageux lui aussi 🙂

 

 

EARTHSHIP ET RT2012

Ici on se cogne à un obstacle de taille, qui nous ramène à nous poser la question du « why earthship » (warum ? porque ?..)

La Réglementation Thermique réglemente le thermique dans les constructions neuves pour éviter les gaspillages insensés d’énergie par déperdition calorique. Jeter son air chaud par les fenêtres, quoi !

Bien que la earthship soit hautement passive, là où elle est la plus efficace, c’est sur les plateaux de la frontière Americano-Mexicaine. Donc si on souhaite lui faire voir du pays, certains ajustements seront à prévoir et la RT2012 française se fera un plaisir de la chahuter un peu.

Pour commencer on va gentiment isoler le sol. Si tu veux garder ta masse à inertie ce sera au dessus de l’isolant, et puis la ventilation naturelle c’est plus trop à la mode parisienne alors ventilation mécanique pour tout le monde !

Ensuite la cannette de « Bud » ça ne rentre pas exactement dans son logiciel de calcul thermique 🙁

Et pour ce qui est des pneus recyclés, il va aussi falloir trouver une astuce.

La bonne nouvelle c’est qu’il y a de plus en plus de bureaux d’étude thermique qui se spécialisent dans le calcul de matériaux « alternatifs » ne figurant pas sur les DTU (la paille, la terre, le chanvre, etc..). Ces BET seront à privilégier pour obtenir un certificat validant un projet de earthship, ils pourront faire valoir que le pneu est rempli de terre et considérer cette dernière comme matériau principal. Tu l’as compris, évite à tout prix les BET des bâtiments publiques qui ne seront absolument pas capables de défendre la cause du bon et du juste que tu es 😉

Cerise sur le gâteau, les BET sont indépendants de ta région et ton projet de earthship peux être étudié à l’autre bout de la France s’il le faut ! 🙂

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Article qui t’intéressera aussi: POURQUOI LES DTU SONT ILS PAYANTS?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

EARTHSHIP : AUTRES « FRENCH TOUCH »

Il y a quelques autres caractéristiques qui posent éventuellement problème à un copié-collé de earthship en France.

Les fondations

Je pense bien-sûr aux fondations qui dans le Nouveau-Mexique sont limitées à de simples pneus damés et à peine enterrés.

Ça en France, cela passe mal ! Il faut justifier de fondations solides pour la plupart des terrains. Ces fondations sont earthship 1calculées en fonction de l’Eurcode 7 qui prend en compte la portance du terrain, le poids de la structure, la sismicité de la zone ou encore l’état des eaux souterraines. Tout cela dans le but d’éviter les tassements et les risques liés aux mouvements des sols.

Néanmoins, la structure de la earthship étant d’une portée assez légère, il n’est pas impossible que, sur un terrain de bonne portance des fondations superficielles puissent être autorisées. Encore une fois, c’est au cas pas cas.

 

Les réseaux

Autant que je sache, il appartient aux communes de raccorder une habitation au réseau d’eau potable ou pas. Un non-raccordement peut être justifié par l’existence d’un forage ou d’un puits d’eau potable à proximité de l’habitation. Néanmoins, c’est assez rare. De plus, comme les zones non alimentées par le réseau existant (hameau de montagne, etc..) ne permettent plus la délivrance d’un permis de construire, le raccordement reste, dans les faits quasi systématique et obligatoire.

Idem pour le raccordement électrique, qui lui n’est pas obligatoire mais quasi automatique. Néanmoins, rien n’empêche de se raccorder au réseau en parallèle des complexes photovoltaïques ou éoliens de sa earthship. Ensuite, le surplus d’électricité peut être revendu à un fournisseur.

Pour ce qui est des eaux usées, la phytoépuration a déjà fait ses preuves et, bien dimensionnée, elle ne pose pas de problème administratif particulier.

 

EARTHSHIP : Modèle écologique ?

Mais finalement, la earthship est-elle un modèle de construction aussi écologique que cela ?

Je dois quand même admettre, qu’au téléphone, certains CAUE cachaient mal un certain embarras sur le sujet.

Il est vrai que le choix d’un terrain excentré, pose la question de la consommation d’espaces naturels et donc de la cohérence avec l’intention écologique initiale. Le fait que la earthship soit un habitat individuel est également un axe à améliorer dans sa conception. Malheureusement, sa mono exposition au sud fait que si on souhaite rajouter des pièces on obtient un bâtiment tout en longueur ; ce qui est plus déperditif et peu ergonomique.

earthship 3On m’a aussi exposé les batteries pour stocker l’électricité ont un impact environnemental certain qui n’est peut être pas plus faible que celui de réseaux (???).

Un autre argument qui est revenu par deux fois était celui de la création de la bute artificielle en face Nord, mais je ne relèverai pas cette objection car l’intérêt et la durabilité de cette mise en œuvre compense selon moi l’énergie employée à sa réalisation.

Pour ce qui est des pneus je laisse chacun trouver la réponse éthique et philosophique au fond de lui. Mais en cas de doute je te mets le lien de La maison en pneus du Griesberg sur le sujet : Les pneus sont-ils dangereux pour la santé et L’Environnement ?

EARTHSHIP : MA CONCLUSION

Pas évident après tout cela d’aboutir à une conclusion définitive. Mon avis sur les earthship s’est vu pas mal bousculé ces dernières semaines.

Mais à la question : les earthships sont-elles interdites en France, je répondrais que, en l’état : oui !

(Quoique Benjamin de la earthship de Biras, avec une communauté de commune particulièrement engagée dans son projet, a pu construire la sienne sans apporter de modifications particulières aux plans fournis par l’équipe de Michael Reynolds !)

Par contre, cela n’est pas pour de mauvaises raisons et avec un peu de concertation on arrive à trouver des acteurs intéressés à supporter un projet inspiré earthship. Encore faut-il qu’il soit présenté avec des motivations cohérentes.

Un habitat bioclimatique doit avant tout être adapté au lieu (micro-climats, topologie des sols, vents dominants, …) et aux habitants. En copiant le même mode de conception sous tous les climats et pour tous les types de terrain, est-on vraiment bioclimatique ? Je ne pense pas, c’est même carrément ce que je reproche aux maisons clé-en-main.

earthship 3

                 Aidants au chantier earthship de Biras

Bien entendu, la prise en compte du contexte architectural local et de l’insertion paysagère sont deux composantes majeures qui pèsent dans l’obtention d’un permis de construire. Malgré cela, rien n’interdit l’utilisation de matériaux “alternatifs” ou les architectures contemporaines.

La question de l’aspect acceptable ou non acceptable n’aura, au final, de réponse qu’au cas par cas.

Attention aussi à ne pas tomber dans le piège de earthship = maison accessible. Il est bon de savoir que le earthship de Biras a coûté 300.000€ et celui de Habite ta Terre est monté au-delà de 200.000€ malgré l’aide substantielle apportée par des chantiers participatifs allant de 10 à 40 personnes ! 

Donc même si le prix s’oublie et la qualité reste, les nombres ne sont pas un détail chez tout le monde.

Je terminerai enfin en adressant un message aux plus bougons d’entre vous. Ceux pour qui les circonstances et l’administration s’acharnent uniquement à déconstruire des utopies.

Je vous dirais que je suis d’accord et que les choses pourraient être plus simples, mais elles pourraient aussi être largement plus compliquées.

On vit une époque où tout va très vite et ou les lois profitent toujours aux même personnes. Mais paradoxalement, il y a aussi un groupe de personnes devant lesquelles les portes restent tout le temps fermées. Ce groupe est celui des râleurs du dimanche qui ne sont déterminés que dans l’inaction et le commentaire. A mon sens chercher une fenêtre ouverte est plus utile que d’actionner la sonnette impassiblement.

Il n’est pas interdit de se battre pour faire valoir une idée et c’est ce que m’a confirmé Manal durant notre entretien téléphonique.

Il m’a dit qu’avant qu’il ne commence son projet de earthship, tout son entourage savait que c’était impossible, sauf lui.

ET IL L’A FAIT !!!:D

Maintenant si tu as quelque chose à me dire entre quatre yeux.. Je t’attends dans les commentaires ! 🙂

Peace on earth(ship) !


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 36
    Partages

8 thoughts on “EARTHSHIP : Pourquoi interdite en France ?!!”

  1. Je pense que le coût de construction du earthship de Biras est avec terrain inclus; et ce terrain est grand.
    A mon sens il est nécessaire de prendre du recul et d’intégrer à un calcul comparatif Trad Vs Earthship(ou autres maisons passive) le coût réel = coût construction +coût consommation pour une période donnée (10, 20 ou 30 ans etc).
    Je ne comprends pas en quoi (dans tes conclusions) les constructions de type Earthship seraient à ce jour interdite en France. A chacun de bien préparer et défendre son projet, comme pour toute construction en mode alternatif. C’est le lot de toute démarche innovante, peut importe où sur terre, en France ou ailleurs. Mickael Reynolds nous a par ailleurs témoigné combien il avait été étonné de la souplesse du système français versus son expérience aux USA.

    1. Merci Vallee pour tes précisions. Je suis tout à fait d’accord avec toi!
      Il est effectivement très judicieux de calculer le coût d’une maison en intégrant les efforts énergétique sur une période au moins équivalente à une génération.
      Dans ma conclusion, je me référais au fait que pour optimiser les chances d’obtention de permis, il y avait en règle générale des adaptations à apporter aux plans d’une earthship telle qu’elles sont expérimentées à Taos.
      Pour le reste je suis tout à fait de l’avis qu’un projet sérieux se présente sérieusement et que le fait d’être bien préparé influe sur nos interlocuteurs.
      Encore merci pour ton retour 🙂

  2. Merci pour ce retour d’expérience et cette belle synthèse!

    Pour le coût de la construction, il serait utile de rappeler que les coûts non récurrents de l’Earthship sont faibles en comparaison d’une maison conventionnelle, ou autrement dit, il faudrait ôter les coûts inhérent aux photovoltaïque, à la réutilisation des eaux de pluies, systèmes qui ne sont pas inclus dans les maison conventionnels. Et d’autres part, il faudrait ajouter aux coûts d’une maison conventionnelle, celui de l’énergie nécessaire pour la chauffer sur la durée de vie d’utilisation envisagée.
    Dans une maison autonome, l’investissement en autonomie est fait dès le début pour s’assujettir des coûts variables ultérieurs (inflation du prix de l’énergie, de l’eau de ville, etc…).

    Je nuancerai ta conclusion suivante: “Mais à la question : les earthships sont-elles interdites en France, je répondrais que, en l’état : oui ! “.
    En France au moins 7 permis pour Earthship (inspirés) ont été acceptés. J’aurai plutôt conclut de cette manière: “Mais à la question : les earthships sont-elles interdites en France, je répondrais que, en l’état : oui pour une émergence forte de ce concept en milieu densifié, non dans le cadre d’initiatives (en auto-construction) en milieu plutôt isolé.”

    Car si une telle construction devait être industrialisée, les coûts seraient exorbitants, vu la main d’œuvre requise quel que soit le milieu privilégié pour construire.

    1. Merci à toi pour ton commentaire! 🙂
      Tu marques un point intéressant en comparant le coût des earthships avec celui des maisons sans systèmes autonomes. Cela ferait un article en soi.
      Pour ce qui est de la conclusion, Vallee est d’accord avec toi (commentaire suivant) :p J’accepte la remarque avec humilité et j’apprécie que tu te sois donné la peine de prendre du temps pour me le dire.
      Merci pour ton apport de valeur!
      Belle semaine! 😀

  3. Ce qui sûr, c’est le concept Earthship a suscité un grand intérêt car il s’étend aux besoins essentiels pour vivre / survivre dans un bon niveau de confort. Associé à serre, cave, potager, verger, …, une famille pourrait y vivre durablement durant 2 décennies sans avoir à sortir beaucoup d’argent et donc sans être dépendant d’un revenu d’un niveau conventionnel.

    C’est un bel espoir pour retrouver une vie saine.

    1. Oui, j’ai hâte d’interviewer des habitants d’earthship en France!!! 😀
      D’ailleurs, si tu as des questions que tu aimerais bien leur poser, je t’écoute 😉

  4. Pour info, nous venons de publier un épisode de notre série documentaire sur le chantier de Habite ta terre, initié notamment par Manal. Il parle du Earthship, mais également de la vie collective qui a été créé par le chantier. Il est accessible en ligne, alors si ça vous tente, c’est par ici : http://www.side-ways.net/epiode10

    Si il vous plait, n’hésitez pas à regarder également les autres épisodes de SideWays, la websérie itinérante : http://www.side-ways.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *