ISOLATION ET TETE DE POULE

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour à toi!

Aujourd’hui j’ai envie de te parler un peu d’isolation. Je sais que ce n’est pas un sujet très original et que tous les sites de construction regorgent d’informations à ce sujet.

C’est pourquoi j’ai décidé de prendre le thème sous un autre angle. Un angle plus large pour fixer les principes de l’isolation dans une perception plus sensitive.

Tu n’apprendras pas ici à calculer le potentiel isolant du complexe de mur choisi pour ta réno mais tu auras une approche moins “froide” des facteurs qui constituent l’isolation.

Le meilleur isolant est l’air, oui mais…

J’entends dire souvent, et à raison, que le meilleur isolant qui soit est l’air. L’air, avec un grand “R” 😉

Oui, mais alors comment expliquer qu’à l’état “sauvage” l’air soit, aussi, un bon conducteur (donc un mauvais isolant) puisqu’il conduit directement la chaleur que nous produisons à se perdre dans l’univers. De plus, durant la journée, c’est aussi  lui qui nous transmet la chaleur des rayonnements du soleil. Et c’est encore lui qui participe activement à l’entropie, ce principe thermodynamique que j’ai succinctement expliqué dans mon article sur le chaud et le froid.

Alors pourquoi dit-on que l’air est le meilleur isolant thermique qui soit???

(D’ailleurs si je voulais être un peu tatillon, j’objecterais que le “Xenon” – gaz issu de la distillation de l’air dont on élimine l’oxygène et l’azote – est 5 fois plus isolant que l’air. Mais comme je ne suis pas du genre à chercher des poux sur la tête d’un chauve.. :p)

Faut il isoler l’air?

Et bien, oui! Pour que l’air devienne un isolant il faut l’isoler d’abord! 🙂  Le domestiquer!

On l’enferme et une fois captif, on le prive de tout mouvement. En l’empêchant de circuler ainsi on le rend inerte, on l’endort pour éviter tout courant d’air “insurrectionnel”, entre le dedans et le dehors. Ce dehors, potentiellement porteur du froid ou du chaud dont on cherche à se protéger. En parvenant à faire cela, on crée une zone tampon qui empêche les déperditions par conduction ou par convection.

Si tu n’es pas familier avec les modes de transmission de la chaleur et que la “conduction” ne te dit encore rien, tu seras sûrement intéressé par cette vidéo que j’ai réalisée sur le confort thermique.

C’est pour cela que la plupart des isolants “conventionnels” sont des mousses, des polystyrènes ou des laines. La matière constituant ces matériaux n’est pas intrinsèquement isolante, non, mais l’air emprisonné par cette matière, oui! La composition légère de ces matériaux riches en air est la seule raison de leur résistance aux échanges thermiques. Sachant cela, tu comprendras mieux ce qui caractérise le fameux coefficient thermique, communément appelé: le “lambda”. Ce terme te dit quelque chose ou bien est-ce que le lambda ne t’est pas aussi lambda que cela? 😀

 

Définir le “lambda” et calculer le “R”

En commençant cet article, je ne souhaitais pas faire de mon propos le calcul de “R”, je ne m’y attarderai donc pas longuement ici. Il existe assez d’infos à ce sujet sur le web. Mais voila tout de même les grandes lignes.

Le lambda, ou “λ”est un coefficient invariable, issu de tests professionnels et définissant la conductivité thermique d’un matériau défini.

“Plus le lambda est petit, plus le matériau est isolant.”

(exemple: liège=0.04, béton armé=1.7)

Le “R” est l’équivalent de la résistance thermique d’une épaisseur de matériau donnée ou d’un complexe de différentes couches de matériaux d’une épaisseur donnée. Le R se calcul en divisant l’épaisseur par le lambda [ R = e / λ ]

“Plus le R est grand, plus il est isolant.”

(exemple:  20cm de liège=R8,     40cm de liège=R16)

 

Qu’est-ce que l”isolation” en fin de compte?

Avant de poursuivre, aventurons nous sur un terrain que j’aime beaucoup, celui du sens des mots et de leur étymologie. Il nous arrive si souvent de ne pas comprendre entièrement des mots qui pourtant nous tendent leur signification à bout de bras. Les mots qui désignent des choses sont rarement choisis au hasard, pourtant on les apprend fréquemment comme s’ils étaient des compositions de lettres abstraites.

Isolation, Isolement, Ile, …

Et oui, le mot “isolation” vient du substantif “île”. On le retrouve dans la langue italienne avec “isola“, espagnole avec “isla” et anglaise avec “island“.

Il est en général connoté négativement à cause de son cousin “isolement” (carcéral). Il suggère couramment la séparation, l’éloignement, la division.

Quels domaines utilisent l’isolation?

Dans la culture physique de la danse ou du jonglage, l”isolation” est l’immobilisation dans l’espace d’un élément ou d’une partie du corps. On la pratique pour créer un effet d’optique esthétique ou pour prendre conscience et maîtriser les interactions entre les membres de notre corps.

Un phénomène d’isolation impressionnant est celui de la tête de poule. Celle -ci peut rester sur le même point spatial alors que tout le reste de son corps est en déplacement.

 

Un autre exemple d‘isolation de balles en cristal par un jongleur japonnais.

Mais que peut bien avoir à faire la stabilisation de la tête de la poule dans l’espace et l’isolation thermique du bâtiment???

Et bien rien, en vrai, mais elle sert à nous rappeler que le but final de l’isolation d’un habitat performant est de se faire isoler au centre de l’univers, impassible aux mouvements de celui-ci.

Comme une île au milieu de l’océan…

Pour que cela fonctionne, il ne suffit pas d’utiliser un matériau efficace, il faut aussi réaliser une enveloppe fiable et hermétique à tous les courants d’air et à toutes les transmissions de chaleur par contact (ponts thermiques). L’isolement parfait; enfin presque car il manque encore une caractéristique à prendre en compte…

 

Quels éléments considérer pour isoler correctement?

Le vacuum

On l’a vu, pour bien isoler un bâtiment il  faut miser sur une paraite étanchéité à l’air (avec un système de ventilation réfléchi). Aussi bien dans l’habitat que dans l’épaisseur de l’enveloppe d’isolant. Car si l’air extérieur filtre entre l’isolant et le volume à isoler on aura beau avoir une épaisseur de 60cm d’isolant, la performance ne sera pas au rendez-vous. C’est un problème qui n’est pas toujours suffisamment pris en compte par les poseurs d’isolants rigides. Ces plaques isolantes rigides, en n’absorbant pas les irrégularités des surfaces qu’elles sont sensées protéger, laissent des brèches notables ou le vent s’engouffre facilement. Ces défauts peuvent faire chuter le R de la paroi jusqu’à mauvais ou nul dans les zones les plus exposées.

Les ponts thermiques

isolation, pont thermique

Pont thermique, par                  Lesamisdelathermique

Les ponts thermiques sont liés au transfert, par conduction des murs,  de la température extérieure vers l’intérieur et inversement. En vrai c’est toujours le chaud qui va vers le froid (encore un coup de l’entropie! ;))

Ils sont facteurs de perte d’énergie calorique, de sensations d’inconfort thermique liées à la température ressentie (voir vidéo sur le sujet) et de désordres causés par la condensation de l’humidité de l’air en “points de rosée”. Ces derniers altèrent la qualité des isolants et créent des zones d’humidité indésirables.

Pour ce prémunir des ponts thermiques, une bonne isolation par l’extérieur est le moyen le plus efficace.

La couleur, la texture et l’opacité des matériaux utilisés

C’est un peu dérisoire de le préciser mais plus un matériau est transparent, plus il laisse passer le rayonnement solaire et plus il transmet la chaleur. S’il est très pratique en hiver de pouvoir profiter de cette caractéristique, elle est beaucoup plus gênante en été.

isolant

C’est d’ailleurs sur ce même principe réflecteur que s’appuient les défenseurs des isolants minces thermo-réflecteurs..

A contrario, une couleur claire réfléchit intensément ce rayonnement et protège ainsi le volume intérieur. Ainsi une couche de neige peu s’avérer être un excellent isolant pour ses qualités réflexives et sa structure aérée. (Pour le confort d’hiver, hein! En été je privilégierais une autre solution ;))

 

Pour le reste, il faut savoir optimiser l’utilisation des fenêtres, baies vitrées et serres pour ne pas finir rôti un beau mois d’août. Exploiter volets, rideaux ou pergolas est alors indispensable.

 

Voili, voilà, j’espère que cet article t’aura été utile! Et si tu t’intéresses aux moyens d’améliorer efficacement le rendement de ton isolation et ton confort thermique sans avoir recours à une mécanisation technique et coûteuse, fais un tour sur ma chaine youtube et suis mon défi de 15 vidéos sur le bioclimatisme 😉

Au plaisir!!!


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *