Enduits à la chaux | Les 7 péchés capitaux

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Sous-couches, gobetis, corps d’enduit à la chaux et finitions naturelles relèvent de nombres d’or et de rituels maçonniques. Liant, Sable et Eau représentant la Trinité Sacrée. La truelle, la lisseuse et la taloche représentant les instruments initiatiques.

Les enduits à la chaux aérienne et hydraulique sont victimes de sacrilèges qu’il est vital d’accuser. Les 7 péchés capitaux qui exacerbent la répétition de malfaçons sont dénoncés dans cet article et badigeonnés de honte.

Capitaux parce que d’eux découlent toutes les autres pathologies que l’on connait. Ils sont donc importants, non par leur gravité mais par leurs conséquences.

Voici sans attendre : Le Codex Maçonicus.

chaux et péchés gourmandise

LA GOURMANDISE

Épaisseur de l’enduit

Charger l’enduit est un vilain défaut. Tu le sais bien et pourtant tu ne peux pas t’empêcher de mettre de grosses tartines d’enduits sur tes murs. Tu souhaites reboucher tous les trous sans passer par une phase de dégrossi intermédiaire. C’est mal ! (Surtout avec la chaux aérienne !).

Là ou tu penses gagner du temps, tu ne fais qu’agiter la truelle de Damoclès sur ton œuvre embryonnaire.

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Décollement de l’enduit frais :

A force d’ajouter des couches excessives de chaux fraîche sur ton mur, tu risques de voir tout ton travail se décoller lamentablement pour redevenir le monticule informe de ses origines. Sous le poids du mortier et de l’eau qui le compose, une surépaisseur de matière combinée à la force de gravité pourra vite devenir fatale et mener à la COLÈRE (que nous traiterons plus loin).

Apparition de lézardes :

Une forte épaisseur d’enduit ou une variation importante d’épaisseur impliquent que la carbonatation (séchage) ne sera pas homogène. En surface et dans les zones moins épaisses elle commencera plus vite qu’en profondeur. Cela constituera des blocs plus secs, qui en se contractant (évaporation de l’eau et tension de la chaux), généreront des fissures dans les zones d’enduit encore molles.

L’AVARICE

Dosage approximatif et matériaux de mauvaise qualité

On ne fait pas un cheval de course avec un âne, même en lui coupant les oreilles. Cette citation profane s’applique tout à fait à notre sujet.

Préparer un enduit avec de la chaux de mauvaise qualité (par exemple une chaux en poudrer qui traîne dans les catacombes depuis plusieurs années) augmentera considérablement les chances de rencontrer des complications.

De même, si tu rajoutes quelques pelles de sable en plus dans ta bétonnière pour compenser un manque de chaux, tu pourras le payer très cher.

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Poudrage de l’enduit

Si la proportion de liant actif n’est pas suffisante tu t’exposes au risque de voir ton enduit poudrer. Au séchage, sa surface s’égrènera, libérant grains de sable et poudre de chaux. Cela est particulièrement dommageable si tu prévois encore de passer une couche de finition qui sera alors posée sur des « sables-mouvants ».

Résistance altérée de l’enduit

Pour les raisons indiquées ci-dessus, une chaux de faible qualité ou en trop faible quantité rendra l’enduit moins résistant aux chocs et à l’action des éléments. Cela le rendra moins durable et t’obligera à tout recommencer avant la nouvelle lune.  Sans parler du repiquage préalable de l’enduit agonisant.

Mise en œuvre douloureuse

Un enduit qui contient peu de chaux est appelé « maigre » (c’est un peu plus que ça mais simplifions). Ces enduits maigres ont le gros inconvénient d’être plus pénibles à appliquer. Ils sont râpeux, aqueux et lourds comme la cervelle des impies.

 


Autre article susceptible de t’intéresser :

Mortier chaux-plâtre | Une Incroyable Recette oubliée !


chaux et péchés colere

LA COLÈRE

Ignorer les éléments extérieurs

Impulsif, impatient, susceptible, tu veux décider de tout sans contrainte. Mauvaise idée avec la chaux car nous restons souvent à la merci des éléments extérieurs.

Le gel, les chaleurs, l’humidité et le temps nous imposent leur rythme et bien malin qui y déroge.

Avant même de commencer à appliquer il faut déjà être patient… Laisser reposer les enduits préparés à la chaux aérienne une nuit et leur permettre de gonfler et d’enrober passionnément chaque grain. Ensuite on laissera absolument les temps de prise appropriés entre le gobetis, la couche de corps et la couche de finition.

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Fragilisation de l’enduit

Exposé à des températures négatives, les molécules d’eau contenues dans l’enduit commenceront à cristalliser et entreront en expansion. Ce faisant, elles pousseront les sables et les particules de chaux supposées assurer la liaison. Il n’est pas impossible que la chaux puisse tout de même aboutir à sa carbonatation, mais dès que le redoux arrivera, l’espace occupé par l’eau dans l’enduit sera remplacé par de l’air. Cela engendrera des fragilités évidentes en plus de la désorganisation de la structure de l’enduit.

Mauvaise carbonatation

Travailler l’enduit sous un soleil d’août expose au risque d’un séchage trop rapide et une mauvaise carbonatation de la chaux. Pour être plus clair, le séchage est une réaction physique (entre la source de chaleur et l’eau) et la carbonatation une réaction chimique (entre le dioxyde de carbone et la chaux). Donc, si l’enduit sèche avant que la chaux n’ait eu le temps de carbonater, celle-ci retombera à l’état de poussière de calcaire inerte.

 

LA PARESSE

Négliger la préparation du support

Voilà un péché que je retrouve presqu’à chaque fois et duquel je me méfie moi-même terriblement.

Ce vice se présente sous deux formes principales :

  • Mal préparer son support
  • Enduire sur des supports inadaptés à la chaux

Je recommande à chacun et chacune de connaitre les supports qu’il ou elle souhaite enduire. S’ils sont compatibles avec la chaux (briques, terre, pierre, ciment, …)  on passera le temps nécessaire à leur nettoyage pour éliminer toute saleté indésirable.

 

S’ils ne sont pas compatibles avec la chaux (plâtre, bois, supports fermés, …) on appliquera une trame qui supportera l’enduit et réduira les risques de fissuration.

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Manque d’adhérence de l’enduit

Un support lisse – même poreux – accrochera beaucoup moins l’enduit.

Un support fermé – c’est-à-dire non poreux – empêchera toute cohésion de la chaux. Pour cela il faut user de subterfuges astucieux comme l’application de sous-couches granulées adaptées. Celles-ci garantiront une interface d’accroche entre le mur et la matière. Sans cela, la moindre vibration deviendra un risque potentiel de voir s’effeuiller ton bel ouvrage.

Les fissurations

Inutile d’expliquer que le bois travaille… tout comme la chaux. Seulement le bois (en admettant que l’on puisse enduire directement dessus) a une amplitude de retrait et de dilatation bien supérieure à celle de la chaux. Cela implique qu’en se déformant il entraînera avec lui des zones d’enduit qui avaient déjà atteint le maximum de leur tension. Résultat : des belles fissures qui « respireront » au fil des saisons et des mouvements du bois.

Les spectres et les fantômes

Une mauvaise préparation du support pourra également laisser apparaitre des auréoles (Halléluia !) sur ton enduit de finition. Ces traces sont appelées « spectres » ou « fantômes » et proviennent soit de l’humidification insuffisante du support ; soit du non-respect du temps de séchage des couches d’enduits inférieures. Si ces traces proviennent d’une humidité résiduelle dans ton mur : bonne chance ! Je dirais que réciter trois « Notre Père » ne sera pas de trop comme entrée en matière.

 

Pour éviter les mauvaises surprises et maîtriser toutes les formulation, consulte mes Fiches Recettes d’Enduits.

 

 

L’ENVIE

Vouloir être plus maçon que le franc-maçon

Faire ses enduits de A à Z comporte des phases plus délicates que d’autres. En apparence, cela n’est pas toujours évident à saisir, mais la projection d’enduit et du gobetis en particulier est un art qui ne tombe pas du ciel.

Un minimum de pratique sera nécessaire au néophyte pour seulement commencer à percevoir la subtilité de ce geste qui converti le plus gueux des vilains au rang d’élu respecté.

 

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Gaspillage

Les chaussures, les chaussettes, les lunettes… Non seulement les tiennes mais aussi celles de ton entourage seront les blêmes victimes de tes élans capricieux.

Découragement

Noyé(e) sous tes rebuts, nous n’entendrons même plus l’expiration douloureuse de ton dernier soupir. Vain et misérable. Ton passage sur cette terre aura perdu tout son sens et ton corps nu dans la bétonnière n’attendra plus que le doigt libérateur qui appuiera le bouton et t’arrachera à l’existence comme on arrache la sangsue du cul d’un chien.

Voilà sans emphase ce que tu risques de traverser.

 

chaux et péchés orgueil

L’ORGUEIL

Utiliser ton sable partout

Tu as peut-être un tas de sacs de sable, récupéré en promo à Brico. Et tu veux l’utiliser à tout prix.

C’est peut-être une bonne idée mais sache que la charge que l’on apporte à ses enduits à une importance capitale. Il faudrait certainement un article entier pour traiter de ce sujet mais je vais essayer d’être concis.

Un bon sable est un sable qui possède le juste équilibre entre sables moyens, sables fins et fines. C’est la raison pour laquelle un sable lavé ou un sable de rivière n’est souvent pas adapté à une utilisation pour les enduits.

La justification à cela est que plus la granulométrie du sable est équilibrée, moins de micro-vides seront présents dans celui-ci. Il sera par conséquent plus dense. Cette compacité permettra à la chaux de n’avoir à assurer que la cohésion entre les particules minérales (sans avoir à boucher les vides). L’avantage de tels sables est qu’ils feront des enduits plus onctueux tout en nécessitant moins de chaux et moins d’eau.

Un bon rapport serait de 2/3 de gros grains et 1/3 de grains fins.

 

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Manque de résistance mécanique

Si le mortier est moins compact il sera aussi moins résistant. Bien sûr cela tient aussi à la forme des grains et l’adéquation de leur grosseur avec l’épaisseur de l’enduit.

Mise en œuvre difficile

La texture de l’enduit est corrélée avec la qualité de la chaux et la qualité des sables. On privilégiera donc une chaux grasse et des sables de granulométrie hétérogène.

 

 

Autre article susceptible de t’intéresser :

Quelle chaux pour les enduits d’intérieur ?

 

chaux et péchés luxure

LA LUXURE

Le type de chaux

Le culte de la chaux interdit toute relation charnelle immorale avec les descendants de pierres calcaires. L’adultère avec des filles faciles issues de la cimenterie est également proscrit.

Les seules relations permises restant les relations consenties dans le but de donner ou de rendre la vie à une surface nécessiteuse. Aujourd’hui, les préconisations actuelles suggèrent des actes protégés par le gant Saint-Étique.

Les conséquences de ton péché sont les suivantes :

Une nuit sans lendemain

Tout abandon à une tentation de cet ordre induirait fatalement une aventure sans lendemain. Les brûlures de l’enfer puniraient le maraud sans sommations.

Merci d’avoir étudier ce texte Saint-Astier en ma compagnie, à présent il est temps de t’absoudre de tes péchés dans les commentaires.

Que ma volonté soit fête !

L’Abbé Tondecho

 

PS: Si tu aimes le ton de cet article, tu devrais t’inscrire à la newsletter !  ( ̄▽ ̄)


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

5 thoughts on “Enduits à la chaux | Les 7 péchés capitaux”

  1. Bonjour
    Article interessant bien que pour moi emprunté d’education conventionnelle, ou la tradition des chauleurs enseignée par l’école d’Avignon, JP ADAM et Y KUHN au travers du procédé Canosmose, ouvre des perspectives plus qu’interessante au niveau de l’utilisation des sables, de l’epaisseur, et surtout du benefice energetique et vibratoire de l’usage de la chaux avec la pierre ponce.
    Merci en tout cas de continuer à faire vivre ce materiaux.
    Christopaul

  2. Salut a toi l’abbé Tondecho, comment reconnaître un bon sable? Le plupart des négoces de matériaux semblent vendre des sables lavés ou n’en connaissent pas la provenance..
    J’ai lu que certains rajoute de l’argile micronisée pour compenser le manque de fines, est ce une bonne solution ?

    1. Bonjour Sam,

      Idéalement, privilégier des sables concassés de carrière qui sont enrobés de toutes sortes de particules silicieuses.
      Leurs formes anguleuses sera rendra les mortiers plus résistants mais des sables roulés apporteront l’onctuosité souhaitable en finition.
      L’ajout de poudre de marbre est aussi une possibilité. Dans l’industrie ils ajoutent m^me de la fumée de silice pour augmenter la résistance des super-structure (en plus cela apporte une réaction puzzolanique à leurs ciments).
      Pour l’argile micronisé, je ne sais pas.
      Au final tous les sables sont différents donc ils faufdra y aller au ressenti 🙂
      A +
      Gautier

  3. Bonjour , j’ai une question technique a poser , je rénove une maison ancienne batie avec des pierres de granit , sur certains murs j’ai gardé des zones ou le vieil enduit a la chaux ne tombait pas mais certaines parties étaient trop endommagées pour les garder , j’ai donc fait un gobetis sur les parties a rénover , suivi par un corps d’enduit , j’aimerais recouvrir le tout avec un enduit chaux aérienne plâtre gros et sable et je me demandais si je pouvais faire la finition avec un enduit d’un mélange chaux aérienne plâtre gros sans sable , car au final j’aimerais faire un badigeon ocré par dessus , cet enduit chaux plâtre sans sable est il valable ? qu’en pensez vous ? merci d’avance pour votre réponse

    1. Bonjour Jaco,
      Ma première question serait de savoir pourquoi faire ta couche de finition avec du plâtre.
      Pour l’esthétique ? Pour la dureté ? Pour faire des motifs ?

      En vrai, l’utilisation du plâtre va considérablement accélérer le temps de prise, ce qui t’obligera à speeder et ne te permettra pas de soigner les raccords d’enduit.
      + cela sera incommode à travailler puisque tu devras constamment ajouter des poignées de plâtre à ton mortier de chaux
      + tu risques d’avoir des zones d’enduit mal mélangées ou mélangées dans des proportions inégales ce qui induira des tons/couleurs non homogènes sur ton mur

      Bref, je déconseille le chaux-pl^tre pour un enduit de finition qui peut très bien se faire simplement à la chaux aérienne.
      Mais c’est toi qui voit 🙂

      Pour le mélange chaux-plâtre sans sable, la question est la même : Est-ce pour une raison spéciale ?

      Du sable fin contribuera à la solidité de l’enduit et fera faire des économies car à volume égal, le sable est bcp moins cher.

      Pour finir le badigeon à la chaux tiendra mieux sur un enduit à la chaux sans plâtre.

      Plus d’infos et de conseils dans les commentaires de cet article : https://faisons-le-mur.com/mortier-chaux-platre/

      Bon chantier !

      Gautier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *