La Perspirance des Murs dans le Bâti ancien 

Je parle beaucoup de la perspirance des murs, rien de plus naturel lorsque l’on sait que c’est un facteur déterminant pour garantir un logement sain. Le principal ennemi du bâti ancien, c’est l’humidité. Or, les parois perspirantes, ou respirantes, sont composées de matériaux qui favorisent l’évacuation de l’humidité et la thermorégulation. Un peu comme ton t-shirt de sport qui facilite l’évaporation de la transpiration. Pour t’expliquer l’importance de cette propriété, j’ai une nouvelle fois fait appel au spécialiste des façades anciennes, Luc Neplès. Grâce à son raisonnement limpide, tu comprendras mieux pourquoi il faut privilégier la chaux au ciment sur les vieux murs

La définition d’un bâti ancien

L’expression « murs anciens » ne veut rien dire en soi. Certains règlements considèrent qu’une maison est ancienne à partir de 5 ans. Il est donc nécessaire de préciser ce que signifie pour nous « bâtiment ancien ».

Qu’entend-on par maison ancienne ?

Dans notre cas, on parle de murs présents avant nous, réalisés avec des matériaux assemblés par des maçons et sans ciment. Ceux-ci les ont montés en utilisant un mortier de hourdage souvent en terre crue. On gardait la chaux, trop chère, pour l’enduit.

À l’époque, il n’y avait pas de matériaux costaud. Alors, les maçons utilisaient la boue pour sceller les pierres. Ils conservaient la chaux, trop chère à cette période, pour l’enduit. 

Quels sont les matériaux que l’on retrouve dans le bâti ancien ?

Dans les maisons anciennes, on retrouve :

  • des pierres de taille en briques ou en béton de chaux ;
  • des pierres de tout-venant ;
  • de la terre crue ;
  • des pans de bois…

Comme, il n’existait pas de ciment, lorsque les maçons montaient un mur en pierres sèches avec de la terre mouillée, ils prêtaient attention à la façon de les poser. Ils misaient également sur l’épaisseur des murs pour garantir leur stabilité et ça marchait très bien.

Article complémentaire pour plonger dans le sujet : 

Remontées capillaires | Comprendre le problème

L’importance de la perspirance des murs dans le bâti ancien

La perspirance des murs dans le bâti ancien est indispensable. En avoir conscience lors d’une rénovation, vous épargnera de nombreuses déconvenues.

Les matériaux des maisons anciennes sont sensibles à l’humidité

Les pierres non poreuses ne craignent pas l’humidité, en revanche, l’eau peut s’infiltrer dans les joints. Dans le cas de joints terreux, il est par exemple facile d’imaginer qu’une terre humide perd sa résistance. 

Donc, parmi les matériaux les plus sensibles à l’humidité, il y a la terre crue, mais aussi les pans de bois, les isolants, etc. Le bois est vulnérable aux atmosphères humides et cela se vérifie même sur les extrémités de poutres.

Sans la présence de l’eau, ces types de construction pourraient tenir des siècles, mais dans le cas contraire : 

  • le bois ou l’isolant se met à pourrir ;

  • la terre perd toute sa cohésion.

Résultat : le mur peut bouger ! La solution : trouver un moyen de laisser sortir l’humidité. Pour cela, il faut utiliser un enduit non étanche qui laisse respirer les parois et il se trouve que la chaux possède ces propriétés perspirantes.

Une maison construite avec des matériaux naturels est une maison vivante. Vous viendrait-il à l’esprit d’enfermer indéfiniment votre corps dans une matière hermétique ? Ou votre visage derrière un masque étanche ? Eh bien, c’est la même chose pour les murs anciens. Pourtant, pendant très longtemps le premier réflexe en rénovation a été de rendre ces murs étanches avec du ciment. Or, empêcher l’eau de rentrer est une utopie.

L’eau trouve toujours un chemin

Il faut savoir que certaines stratégies ne fonctionnent jamais. Empêcher l’eau d’entrer quelque part est un combat perdu d’avance. Si elle ne s’invite pas par les façades, elle passera par les encadrements ou les sols. Elle viendra même de l’intérieur, car l’activité humaine dans une maison crée de la vapeur d’eau (cuisine, douche, séchage, etc.). L’humidité viendra par un moyen ou par un autre pénétrer les murs. Donc si tu la laisses s’accumuler sans qu’elle ne puisse s’échapper, elle causera des dégâts structurels et, même avant cela, des désagréments sanitaires (moisissures, salpêtre, etc.). Tu comprends mieux pourquoi le ciment en emprisonnant l’humidité peut détériorer certaines constructions.

En définitive, la perspirance, donc la perméabilité à la vapeur d’eau, est indispensable pour les murs du bâti ancien. Car, pour conserver la qualité de matériaux écologiques et traditionnels il faut utiliser des enduits tout aussi naturels. C’est pourquoi en écoconstruction, il existe une véritable étude du coefficient μ (prononcé « mu ») pour la diffusion de la vapeur d’eau. Plus celui-ci est élevé, moins le matériau est perspirant. Les enduits naturels à la chaux ou à l’argile avec des coefficients respectifs de 13 et de 8 sont alors souvent privilégiés pour le bâti traditionnel et écologique. Je remercie encore une fois Luc Neplès du blog patrimoine façades pour son témoignage complémentaire et très clair.

découvre 40 recettes de peintures et enduits écologiques :

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>