Peintures Écologiques | Leurs Défauts Inavouables

Defaut_peinture-ecologique

Faire des peintures 100% naturelles dans le bâtiment, cela n’existe quasiment pas. Pratiquement toutes les formulations contiennent des éléments raffinés. Ne serait-ce que de la farine. 

Les peintures sans COV (Composés Organiques Volatiles) cela n’existe pas ! Même les fleurs rejettent des COV. 

Les peinture écologiques qui n’épuisent pas de ressources ni n’emploient d’énergie fossile : dur à trouver dans le commerce. 

Les peintures bio ?.. Mouais… Tout ça c’est un peu surfait. 

Par contre, les peintures polluantes ça existe. Les peintures mortelles, ça existe. On en vend dans tous les bons magasins et je te conseille de les éviter.

 

Pot de terre contre le pot de fer

Ce que tu vas lire dans quelques instant a vocation à porter un regard frais et objectif (c’est moi qui le dit) sur certaines idées reçues qui ont la particularité d’être aussi justes que fausses selon l’angle de vue duquel on se positionne.

Voici le déroulé de ce billet :

。.。:+* ゚ ゜゚ *+:。.。:+* ゚ ゜゚ *+:。.。.。:+* ゚ ゜゚ *+:。.。:+* ゚ ゜゚ *

Pot de terre contre le pot de fer

Les peintures écologiques, ça ne tient pas

– Etre peintre est un métier

– Il y a des limites à tout…

– La grande différence entre naturel et synthétique

Les peinture naturelles ne sont pas lavables

– Comment rendre les peintures écologiques plus résistantes à l’eau

Les peintures bio sont détrempables

– La toile de verre :

– Une maison ça respire

Les produits de fabrication des peintures écologiques sont introuvables

Les produits écologiques pourissent sur les murs

Les produits écologiques ne se conservent pas

– Pourquoi diable conserver sa peinture écologique ???

– Une peinture naturelle garantie à vie

– La conservation du matériel de peinture

Les produits écologiques sont chers

– Prix d’une peinture écologique faite maison

– Alors, peinture naturelle ou peinture synthétique ?

Les peintures naturelles sont limitées en couleurs

Faire sa peinture écologique est difficile

。.。:+* ゚ ゜゚ *+:。.。:+* ゚ ゜゚ *+:。.。.。:+* ゚ ゜゚ *+:。.。:+* ゚ ゜゚ *

Les peintures écologiques, ça ne tient pas

1) Etre peintre est un métier

Et oui, LA première raison est que peindre c’est un métier et pas seulement un moyen de réduire le coût du devis salé de tes travaux. 

Un métier implique des règles à connaître, des étapes à respecter, des grands principes

Un support cela s’apprête pour éliminer les variations ou l’excès de porosité. Au besoin, on le prépare à recevoir une finition avec une couche pensée à cet effet.

La peinture (même dans le bâtiment) est un art. Seulement aujourd’hui, plus on réfléchit à faciliter la vie des gens, plus on fait oublier qu’un peu de spécialisation est nécessaire à toutes les pratiques. Cela explique largement les commentaires contradictoires que l’on retrouve sous les tutoriels pour fabriquer ses peintures écologiques. Pour les uns c’est le ravissement, pour les autres… La bérézina. Pour les deux c’est pourtant le même tutoriel avec les mêmes produits. Ce qui change : le contexte !

2) Il y a des limites à tout…

…Sauf à la bêtise apparemment (c’est pas moi qui le dit, c’est Einstein🤫).

Effectivement, si tu cherches à re-peindre les vitres du salon, le mieux est de te tourner vers les marques qui réalisent cette promesse. Donc oui, certaines surfaces réclament plus de bon-sens que d’autres.

D’ailleurs c’est surtout valable pour les surfaces “modernes”. En vrai, en créant ces nouveaux supports, on a compliqué le travail de peinture qui allait plus ou moins de soi durant l’ère pré-industrielle.

Du coup, ben il faut s’adapter et faire avec. Pour tout ce qui est des plaques de plâtre et de ses cousines (j’ai bieeeen compris que c’est ça qui te préoccupe), on ne se lance pas comme cela, le pinceau au fusil. Il y a un protocole et il vaut mieux le connaître. J’en parlerai plus loin dans l’article.

La grande différence entre naturel et synthétique

Pour comprendre la différence de tenue dans le temps entre les peintures naturelles et les peintures pétrochimiques, je reprendrai l’image formulée par Bruno Gouttry :

“Entre un pull synthétique et un pull en laine lequel est le plus durable ?”

Jusqu’à un certain point, on pourrait croire que c’est le synthétique. Sauf qu’après un temps, le synthétique perd presque toutes ses qualités intrinsèques. Il devient plus rêche, plus cassant et perd ses couleurs (comme un vieux sachet en plastique dans l’océan). Pour les pulls en coton ou en laine, c’est le contraire. Avec un minimum d’entretien, ils deviennent plus souples et plus doux et plus agréables à porter avec le temps.

En définitive, les peintures écologiques, n’arrivent pas à un point de bascule irréversible ou on est obligé de les éliminer tout simplement. On entretient, on remet une couche et c’est reparti pour 10 à 15 ans.

Peinture synthétique qui s'écaille

Les peinture naturelles ne sont pas lavables

Il n’est un secret pour personne que le plus grand plaisir des habitants d’une maison est de sortir éponge , seau, masque et tuba puis commencer un grand lavage de mur trimestriel en écoutant Eddy Mitchel. 

(♫ *+♬*゜La fille aux yeux menthe à l’eaaauuuu...♩ *+♪*゜)

Si tu n’es pas à jour de cette tradition, je te rassure, c’était ironique ! 🥴

Non en vrai, il existe simplement le fantasme que nos murs doivent être lavables. Juste au cas où. Mais ce cas n’arrive pratiquement jamais.

Très franchement, prends deux minutes pour te demander quand était la dernière fois que tu as, ne serait-ce que touché tes murs.. vas-y… regarde autour de toi et pose-toi honnêtement la question… 

Maintenant file en bas de l’article et donne-moi ta réponse si tu l’oses ? Ensuite reprends ta lecture ici.

….

C’est fait ???… On continue !

Du coup, je vais te dire ce que j’en pense. On est habité par des émotions et des peurs irrationnelles à bien des degrés. Celle d’avoir besoin de pouvoir laver nos murs en cas d’explosion de fontaine à chocolat en est une. Celle de garder des stylos qui ne fonctionnent pas dans notre boîte à trucs qui traînent, en est une autre… Juste au cas où. 

Mais on n’est pas obligé de s’arrêter là, il y a pléthore d’autres exemples (les tuperwares, les chutes de bois, les vieilles boites, les chargeurs de téléphones, les vieux ustensiles en panne… juste au cas où.)

 

Comment rendre les peintures écologiques plus résistantes à l’eau

Alors évidemment, la chambre des enfants ne se soumet pas volontiers à ma critique. Mais des solutions aux cas particuliers existent. La première est d’accepter l’éventualité d’un coup de feutre sur les murs en délimitant une zone sacrificielle (ex : bande de un mètre au-dessus du sol) vouée à être repeinte de temps en temps. Tant qu’à faire, la repeindre avec une peinture qui ne dégage pas de substance cancérigène (pense au gosses, bon sang)😁

Et puis c’est une bonne raison de changer de décor au fur et à mesure que l’enfant cesse d’en être un.

 

Une autre solution

Une autre solution pour les accros du spontex, c’est de passer une cire naturelle (cire d’abeille + cire de carnauba + essence d’agrume) ou encore d’ajouter quelques cuillères d’huile de lin dans tes peintures naturelles pour fixer plus fermement les charges. Cela te permettra de protéger les surfaces qui en ont le plus besoin. 

La cire d'abeille protège les surfaces qui en ont besoin

A ce stade tu es environ au quart de l’article.

Cet article est publié dans le cadre d’un mois thématique au sujet de peintures naturelles.

Cette série informative (et transformative j’espère) est relayée sur la newsletter des éco-didactes de faisons-le-mur.com.

Pour cette raison, le reste de ce contenu est dédié en priorité à cette communauté.

Les peintures bio sont détrempables

Il y a un peu plus de 50 ans, la plupart des peintures utilisées en intérieur étaient détrempables. Cela signifie que même sèches, elles restaient solubles à l’eau. 

Ces peintures étaient appelées des peintures à détrempe ou tempera, étaient peu chères et faciles à réaliser à base de colle de peau de lapin (ou de gommes végétale) + blanc de meudon  + pigments. 

Aujourd’hui, on a oublié cette époque et on s’est habitué à des qualités de peintures moins versatiles ( moins “réversibles” dans le jargon). Soudain, l’avantage des détrempes s’est transformé en inconvénient.

Cet avantage est qu’avant de refaire une couche de peinture fraîche, il faut laver l’ancienne couche. Cela permettait de conserver un support sain au fil du temps. De nos jours, l’habitude a été prise d’ajouter couche sur couche, sur couche,sur couche (ben oui, tant qu’on gagne, on joue t’as vu ?..). Tant et si bien que sur certains murs, l’épaisseur totale de peinture se compte parfois en ½ cm. 

Face à cette aberration et aux risques de mauvaise tenue de ce complexe pétro-chimique improbable et hautement inflammable, une solution (ou devrais-je dire un pansement) a été vite trouvée : la toile de verre.

 

La toile de verre : 

Grâce à la toile de verre, on pouvait enfin – et en toute tranquillité d’esprit – recommencer à accumuler des couches innombrables de peinture. Le tout sur un support tramé et uniforme qui ne risque plus de se décoller par petits endroits et de nous obliger à tout assainir.

Le résultat final est convaincant, malheureusement, notre mur se retrouve asphyxié sous une épaisse combinaison étanche.

 

Une maison ça respire

Évidemment, ce n’est pas l’idéal de se dire que notre revêtement ne tient pas à l’eau. Mais le fait d’être détrempable, nous informe sur une chose très importante : la perméabilité.

Aujourd’hui, nos maisons sont sous assistance respiratoire car on ne sait pas gérer la trop haute étanchéité des supports “modernes”. Ça devrait laisser à réfléchir.

La peinture à la caséine, la peinture à la chaux ou la peinture à la colle de farine, bien qu’elles n’aiment pas les frottements répétés, supportent un peu d’eau pour éliminer une tache superficielle.

peinture detrempe

・・・★・・・・・★・・・・・★・・・・・★・・・・・★・・・・・★

Problèmes d’humidité chez toi ? je traite le sujet dans cet article :

Salpêtre | 6 Solutions Naturelles et Efficaces !

・・・★・・・・・★・・・・・★・・・・・★・・・・・★・・・・・★

Les produits de fabrication des peintures écologiques sont introuvables

Comme je l’ai dit en préambule, des peintures vraiment naturelles il y en a peu. La plus intuitive ayant été de cracher dans sa paume et d’y mélanger un peu de terre colorée. 😝

(… Mais bon, ça remonte !)

Du coup, il y a plein de produits qui peuvent entrer en ligne de compte pour fabriquer sa peinture maison. 

Carbonate de calcium, borax, sel d’alun, methylcellulose, sulfate de fer, caséine, gomme arabique, oxyde de titane, poudre de marbre, siccatifs, savon noir, blanc de Meudon, silicate de fer, …

La bonne nouvelle c’est que tous ces termes sont des mots compliqués pour parler de choses relativement simples et disponibles en droguerie.

C’est comme le bicarbonate de soude, avant de savoir ce que c’était, rien que le mot faisait peur. Maintenant, il n’y a pas une supérette de quartier qui n’en vende pas.

Une autre bonne nouvelle, c’est que cela fait plus de 20 ans qu’on a fêté l’an 2000 (et ouais, vieille branche 😜). Aujourd’hui, si tu ne trouves pas quelque chose en ligne c’est que tu le fais exprès. Que ce soit pour de la connaissance ou des tampons hygiéniques lavables, en 2020 en France, l’ignorance et la privation sont devenus des choix ! (Chez les classes moyennes…Je m’entends)

Juste au cas où, revoilà quelques bonnes adresses concernant notre sujet : 

Alliance4

Kenzai

Les 3 Matons

Okhra

Comptoire des pigments

La marchande de couleur

 

Les produits écologiques pourissent sur les murs

Sans blaaague !.. les gars y badigeonnent du fromage blanc, mélangé à de la colle de peau de lapin, des algues et du jaune d’oeuf sur les murs du mioche. Tu m’étonnes que ça daube la putréfaction à 20 mètres ! 🤮

Sauf que, quand on parle de pourriture, c’est généralement un mot péjoratif pour “décomposition”. Mon premier point est donc d’objecter qu’une peinture compostable c’est plutôt un avantage qu’un inconvénient (quand on réfléchit un peu global, bien sûr).

A côté de ça, il y a certains facteurs clés à la décomposition organique d’une matière. Ce qui veut dire que sans que certaines conditions soient réunies, aucun matériau ne peut pourrir.

Pour cela il faut :  un certain temps, une certaine humidité, une certaine température… 

Solutions : 

  • Bien organiser son temps
  • Travailler dans une zone aérée
  • Anticiper les coups de chaud

Mais admettons que ce ne soit vraiment pas ton jour et que tout va mal sur ton chantier. Alors il y aura toujours la solution d’ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de tea-tree par exemple (eau de javel naturelle), de lavande ou de l’huile essentielle de clou de girofle (conservateur).

Oui, ça fait un peu recette à mémé mais tu t’attendais à quoi ??? 😋

Pour finir avec cette objection, il faudrait pas jeter le bébé avec le pot-de-vin parce qu’il n’y a pas plus antibactérien et antifongique que les peintures à la chaux. 

 

Les produits écologiques ne se conservent pas

Ah oui, la conservation… 

Bon, je ne vais pas répéter tout ce que j’ai dit au chapitre “ma peinture naturelle a des poils qui poussent”, mais j’ai envie de demander : 

 

Pourquoi diable conserver sa peinture écologique ??? 

Tu prépares ce dont tu as besoin au moment où tu en as besoin et basta. 

Il y a des reprises à faire ?  >>> Tu te tapes sur les doigts de ne pas avoir noté la recette exacte, tu fais preuve d’un peu de créativité et puis on en rigole.. Fin !

(De toutes façons les reprises se voient toujours si t’es pas un peu malin) 

T’as préparé 5 litres de peinture en trop ?  >>> Tu balances ça sur la tronche à Jean-Claude, tu balances Jean-Claude dans le composte et puis on en rigole… Fin !

A force de vouloir les conserver, les vieux pots de peintures inondent les déchèteries qui ne savent plus quoi en faire. Heureusement qu’il y a des assos comme recyclo’bat ou eco’mat38 pour tenter de sauver ce qui peut l’être (la planète, en vrai). Car de toute façon, les peintures synthétiques ne se conservent pas mieux car on n’arrive jamais à refermer correctement le pot.

Une peinture naturelle garantie à vie

Si t’as un doute, dirige-toi  vers la chaux aérienne qui se conserve à vie tant qu’elle n’est pas au contact de l’air.

La conservation du matériel de peinture

Au fait, et la conservation de tes pinceaux, de tes rouleaux et de tes camions (un mot étrange pour dire bac à peinture), on en parle ??? 

Parce que c’est bien joli d’être triste de perdre un peu de peinture, mais balancer tes outils après un chantier de peinture, ça t’est déjà arrivé ? Je parie que oui. Et je parie aussi que cela n’aurait pas été le cas avec un shampoing au savon noir sur tes soies maculées de solutions écologiques.

 

Les produits écologiques sont chers

prix peinture écologique
Prix des peinture "traditionnelles"

 

La bonne peinture, c’est cher ! Surtout si tu l’achètes en magasin.

En fait, c’est cher parce que, c’est technique. C’est cher parce que ça doit être stable et ne pas trop sédimenter. C’est cher parce qu’un label ça coûte cher. C’est cher parce que quand on la vend en magasin, ça doit se conserver le mieux possible.

Ça c’est pour les peintures écologiques toutes prêtes… mais pas seulement !

Le coût des peintures acryliques et les peintures glycéros varie  entre 0.30€ et 10€ le m2 (à multiplier par le nombre de couches).

 

Prix d’une peinture écologique faite maison

Je suis en train de réaliser une formation complète sur les peintures à la caséine avec Bruno Gouttry (www.brunogouttry.fr) et nous arrivons à la conclusion que faire sa peinture écologique à la caséine, revient à moins de 2€ les trois couches par m2 (selon les pigments choisis). C’est pas moi qui le dit, d’ailleurs voilà un extrait en exclusivité de cette formation à sortir bientôt sur Faisons-le-mur.com

La peinture à la caséine allie tous les avantages d’une belle peinture d’intérieur. C’est la peinture naturelle la plus stable et la plus accessible en terme de qualité de finition.

Si tu souhaites des infos sur cette formation et apprendre comment changer le monde avec ta brosse et ton rouleau, signale-toi ici et maintenant !

La peinture à la chaux et la peinture à la colle de farine (peinture suédoise) sont également de très grande qualité et largement en dessous des prix de leurs équivalents du commerce.

Mais là aussi, il faut savoir prendre ses décisions en fonction du support, autrement tes convictions écologiques seront mises à mal. 

 

Alors, peinture naturelle ou peinture synthétique ?

Bien sûr, à ce prix-là tu peux te rabattre sur une peinture acrylique toute prête et encore moins chère seulement, il y a de bonnes chances que l’argent que tu économises ne serve – en bout de course – qu’à  payer le docteur à ta petite famille.😐 

La santé est un enjeu sérieux et les émanations toxiques, odorantes ou inodores, perturbatrices hormonales ou simplement allergisantes ne sont pas à rapprocher de quelques économies financières.

Les peintures naturelles sont limitées en couleurs

Vrai… Mais faux !

Vrai si tu souhaites suivre les tendances déco vert fluo sur pinterest.

Faux dans les autres cas de figures.

Ici encore tout est dans la maîtrise de son sujet. Savoir capturer ses pigments dans un liant est une histoire de grands principes et de dosage. Ces deux facteurs seront à apprivoiser avant de se mettre à l’oeuvre. Par exemple, la chaux en séchant aura tendance à éclaircir la tonalité du pigment.

Les pigments naturels et les oxydes de fer offrent un grand éventail de choix de couleurs. Toute la beauté de l’exercice sera de savoir doser la préparation au maximum sans la saturer en pigments. C’est ce que l’on arrive à faire avec une eau-forte (chaux aérienne CL90 + pigments + eau) par exemple.

En terme d’opacité, toutes les peintures naturelles porteuses de charges comme le blanc de Meudon (poudre de craie) seront à privilégier pour leur pouvoir couvrant. Pour obtenir des couleurs profondes sur du bois on préfèrera les lasures à la bière (bière + pigments) ou les lasures à l’huile (huile de lin + pigment + diluant).

Cependant, je concède que les tons soutenus, même si réalisables, seront plus coûteux que les couleurs pastels. Ceci car ils nécessiteront plus de pigments de bonne qualité ou l’emploi d’huiles végétales comme liant.

La bonne nouvelle c’est que les ocres naturels ne subissent aucune variation de couleur dans le temps. Au contraire, ils protègent des rayons UV. Par contre, ce n’est pas le cas de toutes les huiles, qui peuvent avoir tendance à jaunir au fil du temps (notamment l’huile de lin). 

Pour la brillance, sur des grandes surfaces, pas de solution naturelle qui ne passe par un traitement de surface à la cire… Et encore… Côté brillant, les peintures écologiques sont en échec et (surtout) mat.

 

peinture à la caséine
Mur coloré à la peinture à la caséine

Faire sa peinture écologique est difficile

Pour être honnête, ce sont les peintures pétro-chimiques qui sont dures à faire. C’est vraiment une alchimie de réaliser des produits aussi complexes et d’aussi bonne qualité. Dommage qu’au passage ils nous bousillent la santé et qu’ils soient polluants. 😓

Pour les peintures naturelles DIY, il y a une citation qui tombe à pic :

La peinture, c’est très facile quand vous ne savez pas comment faire. Quand vous le savez, c’est très difficile.

Edgar Degas

Faire un peu de peinture pour ses enfants ou pour des petits projets est très accessible (gouache à la gomme arabique ou peinture au jaune d’oeuf). Mais ensuite les choses se corsent un peu quand il s’agit de peintures cuites (peinture suédoise, peinture à l’argile, peinture à la fécule de pomme de terre, détrempe à la colle de peau…). Rien de renversant (pas besoin d’un doctorat en médecine pharmaceutique) mais il faut être un minimum attentif à la recette.

Le fond du problème c’est le fond. Oui.. le fond, le support, quoi ! C’est là où 75% des recettes trouvées sur internet peuvent faire rager les bonnes âmes. Je le répète, être peintre est un métier que l’on prend souvent un peu à la légère. Il faut savoir préparer un support, appliquer une peinture, respecter des temps de repos

C’est pour cela qu’avec Bruno Gouttry, nous avons décidé de permettre à qui le souhaite, d’apprendre ces grands principes en vidéo. Ce sera dans un format en ligne  de plus d’une 20aine de vidéos. Pour aller plus loin que ce qu’il était possible de faire dans aucun de ses 4 livres sur les peintures et les enduits : joindre le geste à la parole ! 

La formation portera sur deux recettes de peinture à la caséine.

Cette formation devrait sortir à la fin du mois et si tu souhaites être averti en temps et en heure, laisse-moi t’envoyer un e-mail en cliquant ici ou en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

Pour les autres, en tant que membre de la newsletter, je vous fais profiter pendant 24h d’une réduction de 5.00 euros sur mes fiches recettes d’enduits naturels et de peintures écologiques en cliquant ici. 

 

Merci de m’avoir lu jusqu’ici.

Merci de ton engagement.

Merci d’être un éco-didacte !!! 😀

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *