EARTHSHIPS: Ce qu’il faut savoir

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LES ORIGINES DU EARTHSHIP

Les earthships sont un phénomène importé des Etats-Unis. Du Nouveau Mexique plus précisément ou, au début des années 1970, un jeune architecte décide de trouver un moyen de recycler les déchets en les incorporant à la structure de ses maisons.earthships géonef

Sa motivation : les excès de rebuts et le prix exorbitant des constructions classiques . Le concept n’est alors pas du tout ce qu’il est aujourd’hui mais les premiers essais sont entrepris en imaginant des murs faits en partie de cannettes de sodas et de bouteilles en tout genre. Ces éléments, montés comme des briques et liés au ciment, composaient des murs légers et solides qui retinrent rapidement l’attention de la presse locale. Construisant ainsi les débuts de la réputation de cet architecte excentrique.

QUI EST MICHAEL REYNOLDS?

Pour te présenter Michael Reynolds, le plus simple est certainement de te montrer la photo de son profil Facebook.

earthships géonef

Michael Reynolds, l’initiateur du mouvement “Earthship”

 

Voilà donc la tête géniale de cet architecte au profil et aux réalisations si atypiques.

Loin de moi l’idée de me gausser en abordant ainsi sa présentation mais il me semble important de comprendre de quel esprit chevelu ont été inspirées les earthships.

Mike Reynolds est aussi anarchiste dans son approche de l’architecture que dans son look. Grâce à cette mentalité décalée mais tenace il a été capable d’imposer une vision qui avait pourtant dès le début été rejetée par tous les ingénieurs de la construction.

Pourquoi ? Pas assez conventionnelle je suppose, pourtant, comme nous le verrons plus loin, c’est un  modèle de conception durable, accessible -sous certaines conditions- et efficace dans le même temps.

Mike Reynolds appuie ses travaux sur le fait qu’à l’époque où nous vivons, le temps est compté et la liberté d’expérimenter des systèmes plus durables que ceux dans lesquels nous évoluons est vitale pour l’ensemble de l’humanité.

A cause de cette vision libertaire, Mike Reynolds, il se fera retirer sa licence d’architecte, et après un combat juridique de 17ans, il la récupérera en 2006.

Le magnifique documentaire « Garbage Warrior », retrace l’itinéraire de cette dernière année de lutte avec la haute administration américaine. A VOIR ABSOLUMENT ! 🙂

Pour finir, Mike Reynolds établit une communauté expérimentale à Taos au Nouveau Mexique sur une étendue de 640 hectares, où il construit plus de 70 de ces maisons expérimentales. Cela sans compter les interventions humanitaires aux quatre coins du monde ou sa technique s’applique pour la simple et bonne raison que, partout sur la planète, les rebuts de consommation abondent.

 

POURQUOI LES EATHSHIPS FONT-ILS RÊVER ?

« Pourquoi aurais-je envie de construire ma maison avec des ramassis de poubelles ? » me diras-tu.

Et bien parce que les earthships sont bien plus élaborés que l’on ne peut l’imaginer. Depuis leurs débuts avec les murs en cannettes de sodas, les designs des eartships ont considérablement évolués. Aujourd’hui, ils sont esthétiquement et énergiquement remarquables.

L’esthétique :

Avec leurs formes arrondies, les earthships semblent réellement être des vaisseaux géonef earthshipvenus d’une autre dimension. D’ailleurs la traduction française des earhships est « géonefs ».

Aux courbes harmonieuses viennent s’ajouter, telles des mosaïques de couleurs, les éléments translucides qui apportent lumière et texture. Souvent on se croirait devant un reptile sorti d’un autre monde.

En les voyant, il n’y a aucun doute que chacune de ces constructions soit unique et faite sur mesure, avec goût et motivation. Elles représentent clairement l’infini potentiel de la personnalisation. On y retrouve la trace du travail de la main de l’homme à chaque coup d’œil.

Une surprise gravée, moulée ou encastrée nous chante une histoire dans chaque recoin du vaisseau.

Pour l’analogie, les earthships rappellent beaucoup le travail sensuel, tout en rondeur et les couleurs éclatées d’architectes comme Gaudi, Hundertwasser ou encore l’architecture organique de Rudolf Steiner.

Le recyclage :

géonef earthshipLa Philosophie derrière les earthships, c’est qu’à ce stade, les déchets existants sur terre ont été générés par la planète. Il semblerait que nous soyons arrivés au point ou les déchets peuvent et doivent être considérés comme des ressources naturelles. C’est une idée étrange au début mais si on y regarde de plus près, il est vrai que nous ne pouvons plus brûler ou enfouir indéfiniment tout ce qui nous encombre. Pourquoi alors ne pas l’utiliser ? 🙂

A partir de cette constatation, Mike Reynolds décida d’utiliser le secteur de la construction pour recycler un maximum de déchets. Je t’ai déjà parlé des canettes et des bouteilles vides qui, il est vrai, peuvent être disponibles dans n’importe quel endroit de la planète. Mais il n’y a pas que cela.

Un tournant du design des earthships a été quand M.R. décida de recycler un autre rebut majeur de toutes les civilisations actuelles : le pneu !

Le pneu :

Rempli de terre damée et empilés comme des briques, les pneus sont devenus, avec les années, la marque de fabrique des earthships. Ils sont utilisés comme structure autant que comme masse inertielle. Ces pneus offrent une matière première au coût presque inexistant mais également une telle assise qu’ils remplacent les fondations de ces maisons-vaisseaux sur la plupart des terrains. Oui, tu as bien lu : la conception des earthships les dispense allègrement de fondations !!! Et vive les briques de 150kg !!!:D

géonef earthshipL’autonomie :

Les géonefs sont pensés pour l’autosuffisance énergétique et alimentaire de ses habitants. Ils utilisent des panneaux solaires pour la production d’électricité intérieure et des serres géantes accueillent un potager dimensionné en fonction des besoins des occupants. Pour ce qui est de l’eau, récupérée dans des citernes, elle est filtrée pour pouvoir être consommée, sur place. Je m’attarderai un peu plus loin sur ce point hautement optimisé.

Il y a certainement beaucoup plus de raisons qui charment les amateurs de géonefs, si tu en as d’autres n’hésite pas à nous en faire part dans les commentaires en bas de page.

UNE REVOLUTION BIOCLIMATIQUE ?

Si tu suis ce blog depuis ses récents débuts, tu ne seras pas passé à coté de mes vidéos sur le bioclimatisme. C’est très bien car avec les earthships c’est l’occasion rêvée de procéder à une petite révision.

En effet, ces maisons fonctionnent selon tous les principes du bioclimatisme contemporain. Elles sont, sur le papier, tout simplement hallucinantes !!!

Voici quelques-uns de leurs atouts :

  • Les serres solaires reliées à des systèmes de ventilations naturelles pour capter les calories solaires en hiver, et permettre la culture de plusieurs types de légumes, fruits et fèves tout au long de l’année.
  • L’utilisation de l’inertie du sol, pour se prémunir des grandes chaleurs et des grands froids, avec des bâtiments semi-enterrés.
  • Une ventilation optimisée, circulant notamment à travers des canalisations souterraines, tempère l’air intérieur en toute saison.
  • Une orientation au Sud accompagnée de grandes baies vitrées ou de serres.
  • Les panneaux solaires comme système solaire actif pour transformer le rayonnement en énergie électrique.
  • Les murs capteurs comme système solaire passif pour emmagasiner les calories et les restituer progressivement dans l’habitat.
  • Les éoliennes qui convertissent la force du vent en énergie.

Etc…géonef earthship

Mais ce que les earthships ont intégré de plus, c’est un système de récupération d’eau de pluie et de réutilisation géonef earthshipconstante de cette ressource. En effet, l’eau de pluie filtrée est récupérée dans une cuve qui alimente douche et lavabo. Cette « eau grise » s’en va ensuite irriguer les plantes de la serre avant d’être encore une fois récupérée pour les toilettes. Pour finir, l’« eau noire » est conduite vers des bassins de phytoépuration d’où elle arrosera des plantes à la production non comestible. Ce cycle ingénieux permet une visée autarcique et surtout l’optimisation de la ressource vitale qui deviendra la matière première rare des décennies à venir.

LES 5 BESOINS PRIMORDIAUX

Pour Mike Reynolds, l’être humain possède 5 besoins primordiaux qui doivent chacun pouvoir être accessibles gratuitement et si possible comblés par notre habitat.

Ces besoins sont : l’accès à l’eau, à l’énergie, à un toit, à la nourriture et à la sécurité (pour l’amour on se contentera de le négocier avec une personne humaine :).

C’est sur la base de ces nécessités, qu’il a conçu ses vaisseaux terrestres et même si le mouvement qu’il a lancé n’a pas encore impacté la face du monde comme on pourrait le souhaiter, son utopie est portée par une communauté grandissante et de plus en plus représentative… enfin, pour moi 🙂

 

CI-DESSOUS QUELQUES LIENS POUR EN SAVOIR PLUS:géonef earthship

Pages Facebook:

Earthship en France

Habite ta terre /// www.habitetaterre.fr

SolutionEra /// www.solutionera.com

 Earthshipbiras

Une video récente en français

Une earthship en France: La maison de Trott

 

DU RÊVE A LA RÉALITÉ?

A ce jour, je ne peux pas te dire ce qui cloche dans cette conception architecturale pour qu’elle ne soit pas adoptée plus largement. N’est-elle pas adaptée à la majorité des climats ? N’a-t-elle pas de bilan énergétique positif ? Ne fédère-t-elle pas des centaines de passionnés ? N’est-elle pas une œuvre d’art habitable ? N’est-elle pas la réalisation d’un rêve heureux ? N’est-elle pas la réalisation low-tech, donc à portée de tous, de systèmes constructifs ?

Les earthships sont peut être simplement considérés comme des cases à hippies.

Soit ! Néanmoins, je rejoins Mike Reynolds sur le fait que les normalisations à outrance, bien que partant d’une préoccupation réelle, finissent par enfermer et limiter les avancées. En n’autorisant que les innovations proposées par les grands groupes ayant pignon sur rue, on oublie que les éruptions de créativité profondes, celles qui permettraient de changer le monde favorablement, sont principalement le produit de ceux qui réfléchissent hors des cadres imposés. géonef earthship

Et au-delà, même, des cadres imposés, le fonctionnement de systèmes aussi massifs que ceux des industries ont des marges de pivot si faibles qu’ils valorisent souvent le pratique au détriment de l’idéal. Et pour ce qui est du bon sens, il n’est généralement dicté, peu ou prou, que par les résultats financiers.

C’est pourquoi je souhaite aller me renseigner et identifier les raisons qui peuvent bloquer le développement de ces projets en France. Si tu as déjà ta théorie sur le sujet, laisse moi ton commentaire dans l’espace dédié ci-dessous. Mais quoi qu’il en soit j’ai décidé de publier prochainement un deuxième article sur les earthships qui expliquera pourquoi les choses n’avancent pas et si elles semblent enclines à le faire un jour.

En attendant le jour merveilleux de la parution de ce deuxième article, tu peux aller kiffer la life sur ma page facebook et télécharger mon fascicule sur la terre crue à travers un des formulaires qui jonchent le site. Tu verras, il est sympa. Et comme il est gratuit, c’est satisfait ou remboursé ! 😀

Au plaisir !


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 110
    Partages

5 thoughts on “EARTHSHIPS: Ce qu’il faut savoir”

    1. Slt Eric, c’est bien la question que je me pose. J’ai déjà quelques éléments de réponses que je développerai dans un prochain article. Pour ne pas être trop partial, je préfère d’abord me mettre en contact avec quelques CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement) et quelques admin de groupes sur le sujet. Bon dimanche! 🙂

  1. Merci pour ce Bel Article, Complet et très instructif !
    Dans le même principe de la construction avec des matériaux de recup’ vous avez “Justo Gallego Martínez” qui à décider de construire une cathédrale en matériaux de récupération dans la banlieue de Madrid !! Si seulement on revenait au fondamental !! Faire des choses de ses mains !!

  2. Bonjour, je découvre l’earthship avec cet article, et ça me fait penser au travail de Teddy Cruz !
    Je réfléchis donc à pourquoi ce n’est pas développé en France : est ce que des immeubles, des habitats contenant plusieurs logement ont déjà été construit ? En cherchant des images, on ne voit que des bâtiments en plein pied, voire R+1, ce qui pourrait expliquer le fait qu’on n’en voit pas plus en ville (il faudrait pouvoir construire des résidences d’habitation).
    Je pense à autre chose : l’idéal commun est plutôt d’optimiser au maximum l’espace de vie dans un bâtiment, donc réduire le plus possible l’épaisseur des murs. Ce qui semble en contradiction avec ce système ! (le béton répond très bien à cet idéal par contre.. :/ )
    Voilà juste une petite pierre à l’édifice de la réflexion ! Merci pour votre travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *